Partagez | 
 

 B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Message ✞ B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.     ✞ Mer 20 Jan - 19:34

Bash M. Fordham
Je m'appelle Sebastian « Bash » Meiko Fordham. Son prénom est celui qu’on lui a donné à sa naissance, tout simplement. Et puisqu’il était commun de le surnommer « Bash » à l’époque, c’est resté au fil des années. Cependant, son second prénom et son nom de famille sont totalement empruntés. Il a mis cela à tout hasard quand il a fallu qu’il remplisse des papiers d’identité pour entrer à l’armée. Fordham était le nom de famille de son premier voisin après qu’il eut pris la fuite suite au décès d’Alma, et Meiko, du chien qu’il avait adopté, puis qu’il a quitté quand il est parti à la guerre. Après, comment ça s’est composé dans sa tête, c’est un peu étrange, mais ce n’est pas l’essentiel. L’essentiel est qu’il s’est tenu à ce nom depuis plus de cinquante ans maintenant et ça lui convient très bien. , et même si je ne les fais pas, j'ai six cents ans Il a souligné son sixième centenaire il y a quelques semaines de cela. Cependant, en apparence, il a toujours la même tête qu’il avait quand il s’est transformé en vampire, soit vingt-huit ans. . Mais cela reste entre nous. Je suis né(e) le 04/12 /1415, dans la magnifique ville de Madrid, en Espagne. Pour passer le temps je suis Infirmier Il est assigné dans la section des soins palliatifs. Vous savez, celle dans laquelle personne ne veut travailler ? Eh bien c’est son endroit préféré, puisqu’il peut se sustenter ou bien faire des réserves sans que personne ne s’en rende compte., et Je suis à Ravensburg depuis bientôt 50 ans. Il est arrivé un an après la fin de la Deuxième Guerre mondiale pour se poser et finalement retrouver une vie stable. On dit de moi que je suis parfois un peu étrange, ce qui est normal, car en réalité je suis un vampire (Croque Monsieur). Actuellement je suis Célibataire Il serait assez étrange de dire qu’il est veuf après un demi-millénaire. Enfin, aux yeux des gens, il est célibataire. Cependant, dans son coeur, il est attiré par une femme qui, elle, ne le remarque même pas, pour le moment en tout cas. . D'ailleurs je suis hétérosexuel Il a eu une expérience homosexuelle du temps qu'il était à l'armée, mais c'était plus par désespoir qu'autre chose. Cela ne s'est jamais reproduit et il n'a pas l'intention que ça arrive., si jamais cela t’intéresse. Mais ce qui m'énerve (ou pas), c'est d'être sans cesse comparé à Daniel Radcliffe.
Les petits trucs à savoir
Romantique Attentionné Généreux Gentil Doux Sensible Discret Timide Maladroit Culpabilise facilement Rancunier Faible Cérémonieux Jaloux Protecteur Intelligent Débrouillard Mystérieux Poli Souriant
Il a développé au fil du temps une capacité d’adaptation incroyable aux années, modes et autres. Non pas que c’est un type qui aime la mode, mais il est capable de suivre les tendances et se fondre à la masse. Il ne fait jamais tâche dans un portrait, peu importe l’époque à laquelle celui-ci a été pris. S’il a su se détacher de sa vie de prince avec les siècles, il a conservé certaines choses de cette époque. Par exemple, il courtise les femmes à l’ancienne, est un incroyable danseur et sait manier l’épée ainsi que monter à cheval. Il ne s’en vante pas vraiment, mais il a déjà suivi des cours d’escrime pour le plaisir et il s’en est toujours bien sorti. C’est ironique pour un vampire, mais il n’aime pas tuer les gens. Voilà pourquoi il a pris ce boulot; il considère qu’il accompagne les gens dans leur dernier souffle plutôt que de les tuer, sans parler du fait que ses patients sont généralement sur le point de mourir, donc personne ne pose de questions. Il a conservé son alliance issue de son premier mariage. Il la porte à l’annulaire droit et il ne la retire jamais. Il a décidé de tirer avantage de son immortalité par le fait qu’il peut découvrir plein de choses. Il a étudié dans plusieurs universités par simple curiosité. Techniquement, il détient quatre diplômes, mais un seul lui sert en ce moment, celui d’infirmier. Les représentations faites de la Seconde Guerre mondiale, à laquelle il a participé, le chicotent parfois, mais il n’en dit rien, raison étant que s’il se lève et se prononce, il sera démasqué, et c’est la dernière chose qu’il veut. Il adore porter des chapeaux et regrette de ne pas pouvoir le faire des masses, puisque la mode est quelque peu passée. Il n’a jamais vraiment eu de relation sérieuse depuis son premier mariage, mais il a des conquêtes de temps en temps. Sa curiosité le porte à connaître les comportements appréciés des femmes aujourd’hui, même si ça ne change pas sa vision des choses pour autant.
Je suis un vampire
Bash est un vampire. Aussi ironique cela puisse-t-il être, compte tenu de son âge réel, il est un relativement jeune vampire. Lorsqu’il fut transformé, il ne savait rien du tout de ces créatures, sauf ce qu’on lui avait raconté, ce qu’il croyait être que des légendes, vu le caractère exagéré et fantastique qui ne le rejoignait pas vraiment, terre-à-terre comme il était. Cependant, il a fallu qu’il admettre rapidement que rien de tout cela était inventé, que cette seconde vie qui lui était offerte pour l’éternité était sienne. Il a appris à vivre avec les contraintes et avantages de cette vie sans toutefois perdre complètement l’essence de celui qu’il était auparavant. Gentil à la base, il n’a jamais voulu blesser quoi que ce soit, sauf quand il n’avait pas le choix. Reclus à la base de la société, il a simplement appris à vivre encore plus en solitaire en étant actif la nuit et non le jour. Voyant ses blessures se guérir plus rapidement, il a fait de sa personne un atout exceptionnel comme militaire. Plus sensible à son environnement, il peut détecter certaines choses avant tout le monde, même si ça l’oblige à être discret par moments, histoire de ne pas éveiller quelconque soupçon. En somme, il compose avec ses forces et ses limites autant qu’il peut, et il a depuis un moment embrassé ce qu’il était et il vit avec, même s’il a encore du mal avec l’idée de tuer des gens, même si sa survie en dépend. Voilà pourquoi accompagner les gens dans leur dernier souffle semble être une solution convenable.
Christobal avait encore un cours de politique avec Père et Mère était occupée avec ses dames de compagnie, me laissant libre de mes mouvements pour le reste de la journée. Je suppose que c’est ça, l’avantage d’être le second de la famille; je n’ai aucune obligation à proprement parler, je me contente d’exister, de rester en vie et en bonne santé si jamais mon aîné, le dauphin, vient à avoir un accident, une maladie ou quelque chose du genre. À quinze ans, riche comme peu de gens le sont, parce que ce n’est pas tout le monde qui a la chance de voir le jour dans un château, entouré de ses parents, ses Majestés du royaume d’Espagne, j’étais insouciant, j’étais libre, et cela me convenait parfaitement. Puisque le temps était magnifique, je jugeai qu’il n’y avait pas meilleur moment pour aller faire un tour à cheval. N’ayant pas besoin de la permission de qui que ce soit, je me contentai de simplement dire au majordome:  « Je vais faire une promenade à cheval. Dites à mère que je serai rentré pour le repas du soir. » Ne pouvant faire autrement, l’homme acquiesça d’une légère référence, et sans attendre plus longtemps, puisque maintenant changé pour être plus confortable pour la chevauchée, je sortis de mes appartements pour me rendre jusqu’à l’écurie. J’aurais très bien pu simplement demander qu’on scelle ma jument sans que je n’aie pas à me salir les mains, mais je n'avais pas envie. M’occuper de ma monture moi-même était un de ces plaisirs que je me permettais une fois de temps en temps, surtout quand il n’y avait rien de cérémonieux ou d’urgent, comme présentement. Cependant, avant que je n’atteigne la stalle qui l’abritait, quelque chose vint m’arrêter dans mon geste. Non pas un garçon d’écurie qui insistait pour m’aider ou quelque chose comme ça, un truc complètement inattendu qui ne m’était jamais arrivé avant aujourd’hui. En effet, le contenu d’une chaudière, visiblement de la boue - ou du moins je l’espérais - s’écrasa sur moi sans que je ne puisse rien faire. Croyant une mauvaise blague, je cherchai tout de suite le fautif, et je tournai la tête vers une jeune femme qui devait avoir environ mon âge, complètement rouge de honte, tenant le sceau de ses deux mains maintenant tremblantes. La voix brisée, elle dit:  « Mon Dieu… Votre Altesse, je suis si confuse ! Pardonnez-moi ! » Je savais très bien que si ça avait été n’importe qui d’autre de ma famille qui aurait été aux prises avec une telle situation, la tournure aurait été différente. Même que me concernant, en temps normal, ça aurait été différent, mais pour une raison que je ne comprenais pas, je ne me voyais pas être sévère avec elle. Bien sûr, c’était insultant pour un membre de la famille royal de se retrouver avec de la boue sur des pantalons couleur marron et une blouse blanche, mais elle était si innocente, si confuse… Ça aurait été seulement cruel, non ? Au bout du compte, je me contentai de lui demander:  « Ne me dites pas que c’est… » Doucement, elle reprit contrôle de ses moyens et se mit à rire, d’un rire doux comme une chanson du harpiste de la maison, même encore plus agréable, plus harmonieux. Quelle magnifique rire pouvait-elle avoir… Même les mots qui sortirent de sa bouche sonnaient comme une mélodie:  « Oh non, ne vous en faites pas ! C’est que de l’eau ! » Je me mis alors à rire doucement à mon tour, mais mon rire était bien ridicule comparativement au sien. Finalement, je soupirai doucement, et je dis:  « Ça va alors… Quel est votre nom ? »  « Alma, votre Altesse. »  « Laissez tomber le « votre altesse » et appelez moi Bash, s’il vous plait. » Dans attendre plus longtemps, je m’approchai d’un pas, et oubliant le fait qu’elle avait les mains trempées, je pris ses doigts entre les miens, et je déposai un baiser sur ses jointures en lui disant:  « Et je suis ravi de vous connaître… » en ne pouvant m’expliquer ce qui se passait, mais j’étais persuadé que jamais je ne saurais regretté de m’être montré clément et courtois, même si ce n’était que pour une fois.

-----------

 « Milady, je crois que ça en est fini de lui. Ce sera très certainement sa dernière nuit. » Les yeux fermés, je ne fis qu’entendre de loin ces propos qui ne m’étonnèrent pas. Malgré tout, je poussai un soupir, repensant à tout ce que j’avais perdu, et tout ça pour rien. Pourquoi avais-je tant insisté ? Pourquoi ne m’étais-je pas contenté de bouger simplement en France, ou en Angleterre ? Parce que s’il y avait une chose que je ne pouvais pas regretter, c’était tout ce qui m’avait mené à partir. En effet, trois ans après que j’aie rencontré Alma et que nous ayons entretenu une relation des plus secrètes, parce que pour sûr, un membre de la famille royal avec une domestique, c’était très mal vu. Cependant, j’étais heureux comme ça, jusqu’au moment où on m’avait annoncé que j’allais partir pour épouser une princesse, que je serais roi. Je me rendis compte après cette nouvelle choquante que ce n’était pas cela que je voulais. C’était peut-être grossier et ingrat de ma part, mais j’avais réalisé que me marier pour des questions de règne, pour des questions de politique, et nullement pour l’amour, cet amour que je connaissais et duquel je ne pourrais jamais douter maintenant, ça ne me convenait pas, mais pas du tout.  Dans un cri du coeur, j’avais refusé d’aller épouser cette princesse, je ne voulais même pas la rencontrer. Puis, sachant que ce ne serait pas suffisant pour dissuader mes parents, en particulier mon paternel, qui avait la main-mise sur tout, qui avait l’habitude qu’on lui obéisse au doigt et à l’oeil, j’avais décidé de le prendre de court, qu’il n’aie pas le temps de se dire que c’était quelque chose qui allait me passer et à quoi j’allais réfléchir. Dans le plus grand des secrets, j’avais épousé Alma, et je m’étais présenté fièrement devant mon père avec ma tendre épouse, me disant qu’il n’aurait pas le choix de l’accepter. Pris d’une colère effroyable, il m’avait déshérité, puis m’avait chassé du château, et du pays. Au début, j’étais particulièrement décontenancé, je ne me débrouillais en rien, je ne savais pas ce que je pourrais faire. Alma a eu la bonne idée de demander à un membre de sa famille éloigné de nous embarquer en catimini dans un bateau direction le nouveau monde, l’Amérique. Nous n’avions aucune idée de ce que nous allions y faire, à quoi nous attendre, mais comme Alma nous l’avait dit, nous serions ensemble, et c’était tout ce qui comptait. En revanche, je n’avais pas calculé que comme la plupart des gens, je tomberais malade et que pire encore, je chuterais encore plus rapidement que les autres, parce que mon enfance dans un château, un lit douillet, des victuailles à profusion, ne m’avaient pas préparé des conditions de vie plus difficiles. Au final, j’allais mourir sur ce bateau, dans la cale, où j’avais été confiné. J’étais faible, je me sentais me décomposer, mais malgré tout, je tentai d’ouvrir les yeux, histoire de voir ma belle Alma une dernière fois, une toute dernière fois. Le médecin était parti, nous étions seuls, c’était ma dernière chance de passer un moment avec ma chère et tendre épouse. Dans une ultime tentative, je tentai de lever la main pour caresser sa joue, mais je n’y arrivai pas. Ce fut elle qui prit mes mains, sans rien dire, m’écoutant dire dans un souffle étouffé:  « Je… Je t’aime… »  « Chut… »  « Alma, tu le sais comme moi… »  « Tu ne partira pas, je te le promets… » Je refermai les yeux, me disant qu’elle n’était pas rationnelle, que c’était l’émotion qui la rendait ainsi. Au moins, ça me prouvait qu’elle m’aimait, et c’était avec ce souvenir que je voulais partir. En paix avec moi-même, je crus bon de m’endormir, mais avant cela, je sentis son souffle s’approcher de moi, je l’entendis dire:  « Fais-moi confiance, amour… » et je sentis une violente douleur au cou contre laquelle je ne sus même pas hurler, et ce fut le noir complet.

-----------

 « Prénom, second prénom et nom de famille. »  « Hum… » Jamais je n'aurais cru que cette question serait susceptible de me perturber un jour. Pourtant, il n'y avait rien de plus banal, les gens y répondaient tout le temps, mais moi, en vérité, je n’avais jamais eu à le faire. En quatre cents ans, jamais je n'avais eu à me reporter à qui que ce soit. C’était absurde de pouvoir s'en sortir, mais il y avait toujours moyen. Premièrement, jamais je n'avais pris un boulot susceptible de me demander un chèque, un compte bancaire, surtout que je n'avais pas les moyens de me permettre quoi que ce soit de tout ça. Je recevais mes paies en argent comptant, on m’appelait Bash, et personne ne posait de questions. À mon grand soulagement, je m’en étais donc toujours sorti, jusqu’à aujourd’hui. Quelle était cette idée stupide de m’enrôler dans l’armée ? Je m’en étais sorti la première fois en restant en ermite chez moi, mais cette fois-ci, j’avais l’impression que je n’avais pas le choix, comme si c’était une vocation, comme si j’avais besoin de bouger, pour une fois. Enfin, ce n’était pas comme si je n’avais pas bougé avant aujourd’hui. En vérité, j’avais bougé trois fois. La première fois, c’était cette traversée en bateau vers l’Amérique à laquelle j’avais survécu. Au début, je n’avais pas compris pourquoi, mais finalement, Alma m’avait expliqué ce qu'elle avait fait; elle m’avait transformé en vampire pour me sauver la vie. Je n’avais pas voulu le croire dans un premier temps, puis j’avais accepté le fait que c’était réel, et finalement, j’avais appris à vivre ainsi. Puis, au moment où je m’étais rendu compte que cinquante ans de vie commune avec Alma, c’était un long moment pour bien des gens, mais que pour nous, c’était le début d’une éternité ensemble. Je commençais tout juste à être heureux quand finalement, elle avait été assassinée, m’obligeant à me cacher pendant de longues années, le coeur complètement brisé. J’étais resté en retrait de la société pendant maintes années, jusqu’à ce que la guerre éclate sur le territoire et que je me réfugie une bonne fois pour toutes en Caroline du Sud, juste après que l’état originel soit divisé pendant la guerre d’indépendance. J’y avais vécu comme je pouvais jusqu’à maintenant, cette première fois où j’avais l’impression de revenir réellement en société, parce que je passerais des journées entières avec d’autres personnes, je ne serais plus jamais seul comme j’avais l’habitude de l’être. L’idée me faisait peur, mais pouvais-je vraiment me laisser croupir dans ma petite maison ? Je n’en étais pas sûr à ce point, mais je me disais que je ferais peut-être mieux d’essayer.  « C’est pas compliqué, merde ! » Soudainement sorti de mes pensées, je secouai la tête, sachant que je devais faire vite, parce que sinon, j’allais rater ma chance, on me jetterait très certainement en prison, et je ne pouvais pas me le permettre, autrement c’est là que je mourrais, et Alma ne serait pas là pour me venir en aide, cette fois-ci. Je dis alors  « Bash… »  Il fallait que je réfléchisse, vraiment vite. Je dis alors la première chose qui me vint à l'esprit, soit:  « Meiko… Fordham. »  L’homme termina de noter le tout, et me dit:  « C'est à gauche… SUIVANT ! » me laissant alors seul à moi-même pendant un instant, en direction vers ce qui serait certainement une vie totalement différente.

-----------

J’étais passé dans cette rue souvent et pourtant, jamais je n’avais remarqué cette boutique, la seule boutique encore ouverte à vingt-deux heures, qu’importe si c’était la semaine et le week-end. En fait, c’était à se demander si elle n’était pas ouverte toute la nuit le week-end. Enfin, je n’y connaissais rien, je venais juste de la remarquer tandis que je me rendais au boulot, un peu d’avance, histoire de prendre l’air, m’y rendre tranquillement, profiter de l’extérieur maintenant que le soleil s’était caché et que la ville était plongée dans le noir, éclairée que par quelques lumières. Bref, le moment parfait pour tout le monde pour rester à la maison, prendre le repas du soir, regarder la télévision, et aller dormir pour se préparer pour la journée de travail. Moi, c’était le moment parfait pour sortir, après avoir attendu toute la journée dans ma maison que le soleil disparaisse. Cette routine n’était pas nouvelle, mais généralement, je passais devant les boutiques sans m’attarder. Pourquoi cela changeait ici et maintenant ? Je n’en avais aucune idée. Quoiqu’il en soit, je me retrouvai, planté devant cette boutique, à tenter de comprendre ce qui était si intriguant. Puis, je la vis, au fond de la boutique, cette magnifique silhouette rousse que je n’avais jamais vue précédemment. Je ne m’expliquais pas pourquoi je m’étais inconsciemment attardé sur cette boutique étrange, sur cette silhouette. Peut-être parce que cette chevelure rousse me faisait penser à Alma ? C’était possible, mais c’était quand même étrange, raison étant qu’en plus de cinq cents ans, j’en avais vu, des filles rousses, avec des formes semblables à celles de ma première épouse et pourtant, jamais personne ne m’avait fait un effet pareil. Pire encore, je n’avais même pas vu son visage, et je ne le vis pas avant plusieurs secondes. Je me dis qu’il y avait une chance que tout change à ce moment, mais finalement, ce ne fut pas le cas. Mon coeur manqua un temps, et je continuai de la regarder, subjugué. Cependant, parce que l’amour, courtiser, me sentir de la sorte, je ne connaissais plus ça depuis un bon moment maintenant. Avoir des relations à court terme ne changeaient pas grand-chose pour moi, pourquoi ça devait être différent ? Avant que je trouve une réponse, je me retrouvai involontairement à croiser son regard, et maladroit comme j’étais, je ne sus que simplement continuer mon chemin, particulièrement troublé, mais conscient qu’à ce point, bien de choses étaient en train de changer sans que je ne puisse les contrôler. Était-ce ça, mon nouveau départ ? Avais-je vraiment attendu cinquante ans, voire cinq cent ans pour l’avoir ? Je ne savais pas, je ne savais plus, mais je savais une chose, c’était que rien, pour moi, ne serait plus jamais pareil.

Mayiie
Vous me connaissez déjà, les amis ! Je m'appelle Marilyne, j'ai vingt-cinq ans, et j'ai connu le forum via Marple Spring. Eh oui, c'est moi, Maksym/Dawson ! :D Ce nouveau forum semble vraiment chouette, et en vérité, c'est Stella qui m'a forcé à venir j'ai hâte de me lancer dans cette nouvelle aventure.  coeur 1

         
fiche créée par Rinema


Dernière édition par Bash M. Fordham le Jeu 21 Jan - 23:57, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.     ✞ Mer 20 Jan - 19:39

MAK coeur 1 coeur 1 coeur 1 coeur 1
Ravis de te retrouver par ici avec mister Daniel en plus bave
J'ai même pas le temps d'écrire mon lien pour le scénario qu'il est déjà là rock
Bienvenue choupette et puis merci de nous avoir rejoint crazy 1
En cas de questions tu sais à qu t'adresser wonderful
Puis hâte de lire ta fiche ma belle (et je te répond sur M.S. ce weekend max désoler du retard)

Par contre au niveau du métier, mister travaillerais du coup de nuit 8D Comme c'est un vampire, hein :p

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.     ✞ Mer 20 Jan - 19:40

J'adore te forcer à me suivre sur mes forums, je le reconnais. Bienvenue à toi & bonne chance pour ta fiche, mon vamp préféré amour ; si tu as la moindre question ou demande n'hésite pas le staff est là pour toi ♥

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.     ✞ Mer 20 Jan - 19:50

Bienvenue sur le forum, et bon courage pour ta fichette.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.     ✞ Jeu 21 Jan - 9:30

Bienvenuuuuuue
Daniel, mon chouchou bave

Bon courage pour ta fiche et contente de te voir parmi nous sur ce nouveau forum :)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.     ✞ Ven 22 Jan - 0:03

Comme je te l'ai dis par Skype j'adore ta fiche, j'aime la manière que tu as eu d'écrire l'histoire ainsi que la vision que tu as de Bash, les petits détails rajouter tel que sa période dans la seconde guerre mondiale sont juste géniaux. De ce fait oui, j'ai hâte de commencer à rp avec toi et donc de voir par la suite jusqu'où notre duo va nous mener bien que nos idées pour la suite promettent d'être terribles *-* Quoi qu'il en soit je te souhaite une excellente route sur TSN et au plaisir de rp avec toi, encore merci d'avoir pris mon scénario ♥

Félicitation tu es validé

Tout d'abord, nous te remercions de t'être inscrit(e) sur THE SLEEPY NIGHTMARE yuhu Tu t'amuseras parmi nous, tu verras, on est un peu tarée quand même, mais chut crazy green Tu peux dès à présent poster partout sur le forum, t'occuper de ton personnage, venir nous rejoindre sur le flood et autre.
Profil & signature
Pour commencer, veille à remplir tous les champs de ton profil. Ce n'est pas obligatoire, mais c'est toujours plus agréable. Tu peux aussi mettre une signature pour rendre tes postes plus agréables. N'oublies pas une pensée pour les PC qui bug, donc pas trop de gif et pas plus de 500px de largeur.
Gestion du personnage
➢ Merci de t'assurer d'avoir prit connaissances des différentes |url=http://ravensburg.forumgratuit.org/f137-les-annexes]annexes[/url] du forum qui pourrons t'être utiles dans ton jeu.

➢ Tu trouveras tout ce que tu as besoin pour donner une vie à ton personnage dans la section par ici. Tu y poste ta fiche de lien, faire tes demandes diverses et variées. Et pour trouver des RPs facilement, tu peux aller dans ce sujet.

➢ Tu peux, si tu le souhaites créer des scénarios/pré-lien, pour aider le forum à grandir. Les gens aiment prendre des scénarios, alors n'hésites pas à créer ta petite famille, ta future chérie, ton meilleur ami ou toutes autres personnes importantes dans ta vie.

➢ Et enfin n'hésites pas à participer dans le flood, les jeux... T'investir dans la vie du forum. Cela ne pourra que t'aider. Nous avons également une CB assez active où régulièrement des soirées sont organisées. Tu peux aussi voter pour le forum ou encore poster sur PRD/BAZZART/FACEBOOK, afin d'aider le forum à se développer. Nous t'en remercions d'avance.

Merci encore de nous avoir rejoint et bon jeu parmi nous wonderful
Rinema, GekkuNeko & © Summers.
fiche créée par Rinema
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message ✞ Re: B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.     ✞

Revenir en haut Aller en bas
 
B. M. F. - I've been waiting for this moment all my life.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» What's waiting for us after Death
» dentist waiting room
» I'm just waiting for you, darling. { K i r a }
» "Waiting for Charming" par AP Photographie et The Cat Photo
» Waiting on Angel - Ben Arper

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations refusées-
Sauter vers: