Partagez | 
 

 Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Dim 6 Mar - 17:15

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Début des années 1700-1710, les beaux jours commençaient doucement à montrer le bout de leurs nez. Et la splendeur de Versailles, doucement, devenait de nouveau rayonnante aux yeux de tous. Voilà déjà quelques douces petites années où Oskar côtoyait les grands de ce monde fluet. Vêtu d'habits d'apparat, il se devait d'être pourtant discret dans la foule. Mais le Roi savait, le bon Roi Soleil savait que la langue du jeune homme était bel et bien scellée dans cette bouche qu'il aimait tant embrasser à l'abri des regards. De nombreuses rumeurs parlent du frère du Roi Philip et de ses penchants douteux pour les hommes. Son frère Louis XIV l'a forcé à ce marié, mais le Roi n'est pas mieux, non. Mais Oskar sait que trio bien que sa place ici est un privilège et un luxe. Il est arrivé à force d'être ce garçon qu'on utilise pour des besoins non-catholiques. Mais il s'en fiche, au moins il n'a plus besoin de voler pour manger et vivre. Il n'aime pas ça vit ici, c'est un fait, mais ici ou ailleurs... Elle n'est belle nulle part dans cette France qui doucement se fait bouffer de l'intérieur par ses gens autour de lui.

Il se faisait tard, le jeune homme avait marché longtemps dans les jardins, comme bien souvent. Attendant qu'on fasse appel à ses services. Mais aujourd'hui il avait été seul et heureux. On organisait des jeux de cartes et autres des dans le grand salon du château, Oskar s'y rendrait surement il avait quelques maigres sous à perdre alors. Mais il espérait surtout revoir son visage, simplement croisé son regard. Elle, cette femme, cette si belle femme. Elle était entrée une fois dans son champ de vision, elle n'avait alors plus jamais quitté son coeur. C'était bien étrange, jamais en presque trente ans de vie il n'avait ressenti cela. Lui qui se fichait de tout, de sa propre vie, de sa propre mort même. Il pensait chaque jour à elle. Il c'était discrètement renseigné sur elle. Il ne connaissait pas encore son nom, non. Mais il savait, il savait que trop qu'elle était la favorite du roi. Une de celles dont on ne parle pas, de peur de la voir périr, certes. Mais elle était dans la couche du roi aussi souvent qu'il se disait de n'avoir aucun avenir ici. Cette seule information avait suffi à ce qu'il comprenne qu'elle était intouchable, comme chacun semblait déjà le savoir ici. Le simple fait de lui parler pouvait être considéré comme un crime. Après tout, la cour était ainsi. Même dans le luxe du château, être au plus bas de l'échelle ne vous garantissait pas la belle vie.

Vêtu d'un joyeux costume clair, il s'était invité à une table qui se créait. Il y avait deux autres femmes et un homme faces à lui. Il ne savait pas bien jouer, il espérait juste tenir un peu face à ses charognards afin de ne pas passer sa soirée à attendre tel un lampadaire dans un coin de la voir apparaitre. Si seulement il avait cette chance, encore.
546 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Dim 6 Mar - 22:09

Voilà maintenant quelques mois que Lorelei se délectait de cette nouvelle liberté. Si quitter sa chère créatrice sans dire un mot avait été un véritable crève-cœur, elle savait qu’elle avait prise la bonne décision. Cet amour qu’il y avait entre elles, purement maternelle, devenait étouffant. La jeune femme pensait agir pour leurs biens à toutes les deux. Il était temps que l’enfant qu’elle était vole de ses propres ailes. Elle savait parfaitement comment se mêler aux humains, plaire et se faire un nom, comment ne prendre aucun risque avec le soleil. Si le contrôle de sa soif était parfois incertain, elle savait se faire discrète. La preuve en était que la jeune vampire n’avait pas tardé à se faire une place dans le beau monde de Versailles, allant même jusqu’à partager la couche du roi en personne depuis quelques petites semaines. Son visage juvénile faisait toujours tourner les têtes, ainsi que son innocence, parfaitement feinte. Qui pouvait imaginer que sous cette frêle apparence, un monstre se dissimulait ?

Etre l’une des favorites du roi n’était pas toujours de tout repos. Il fallait être parfaite en tout heure, mais il y avait des avantages non négligeables pour un vampire. Déjà l’abondance de nourriture en tout genre, Lorelei piochait à la fois dans la noblesse et le bas peuple. Ses titres n’avaient que peu de significations pour elle : le sang était le même. Ensuite, personne ne l’interrogeait jamais sur ses activités. Elle pouvait disparaître pendant plusieurs heures, principalement celles où l’astre de lumière est à son zénith. Sa place n’était pas idéale, mais suffisante pour une grande première en solo. Du moins c’est ce qu’elle pensait jusqu’à croiser son regard. Ce n’était qu’un humain. Un autre homme laissant glisser son regard le long de sa robe… Pourquoi s’en inquiéterait-elle ? Il était éphémère. Sa vie était aussi courte que celle d’un papillon pour un humain. Pourtant il arrivait à se faufiler dans ses pensées.

Ce soir, elle avait l’occasion de se divertir en dehors des draps royaux. L’une des rares dames du château qui osaient lui adresser la parole et la prendre sous son aile, l’avait invité à une partie de cartes. Lorelei avait découvert cette façon de s’occuper il y a peu et elle en raffolait. La jeune femme se plaisait à prédire les retournements de situation, à voir les uns s’insurgeaient d’une triche apparente alors que d’autres se maudissaient d’avoir autant perdu. C’était également l’occasion pour elle de se mêler à la foule. Pour l’occasion, elle portait une robe vert pâle, mettant parfaitement en valeur son décolleté grâce à son corset sans estomper sa vulnérabilité apparente. Son entrée dans la salle fut d’ailleurs remarquée. Les regards se posaient sur elle et sans une once d’hésitation elle s’avançait vers la table de « son amie ». Si son corps battait toujours dans sa poitrine, il en aurait certainement bondi. Il était là. L’hésitation ne se vit pas dans sa démarche et c’est arborant un sourire chaleureux qu’elle saluait la petite assemblée. « Pardonnez mon retard. Je crains que ces longs couloirs aient encore beaucoup trop de secrets pour moi. » On tirait une chaise pour lui permettre de s’asseoir. Les robes de la cour n’étaient pas des plus pratiques. La femme à l’origine de l’invitation la rassurait sur le fait qu’il n’avait pas commencé et que dans peu de temps, Lorelei pourrait se déplacer les yeux fermés. La vampire baissait les yeux avec un petit sourire timide dans un souci de pudeur et d’innocence. Elle évitait d’ailleurs soigneusement le regard des deux hommes, attendant que son « hôte » daigne faire les présentations officielles. Elle était troublée. Son regard se posait-il sur elle ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Jeu 10 Mar - 16:40

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Le jeu débuta alors. Les cartes doucement s'entassaient face à Mirko, comme on l'appelait ici, qui comme convenu dans les règles ne les regarderaient pas avant que toutes soit distribuées. Mais de toute façon son regard était partout ailleurs sauf sur la table de bois noble à laquelle il jouait. Ses yeux bleus claires scrutant chaque portes où elle pouvait soudain apparaitre. Une voix l'éveilla alors. Il pouvait enfin regarder son jeu, ce qu'il fit en s'excusant de son étourdissement passager auprès de ses camarades de jeux. Ils étaient tous pouponnés et puaient le parfum, les divers mélanges de la pièce lui donnaient presque le tournis. Mais il y était habitué en un sens, si on pouvait un jour s’accoutumer d'une telle chose. C'était coutumes ici au château, ce genre d'accoutrement et de fantasqueries. Alors que le premier tour de carte fit donner sous les divers commentaires inutiles de plusieurs spectateurs le silence soudain se fit et tous les regards se tournèrent vers elle. Elle... Ici. Son pauvre coeur manqua un battement. Il espérait, certes, sa venue mais il n'y croyait pas un instant. Cette robe vert pâle lui allait si bien au teint. Elle la mettait en valeur, ses lèvres rougies par du léger maquillage, il avait tant envie de les embrasser alors. Mais il fit mine de rien.Se concentrant sur le jeu alors qu'elle prit place aux côtés d'une dame avec qui le jeune homme jouait. La perle verte était donc à présent presque face à lui et il en rougissait légèrement d'avoir sa beauté dans son champ de vision.

Alors qu'on tira une chaise pour elle, la femme à la droite de Mirko prit la parole avant de la partie ne reprenne. « Puis-je vous présenter une amie, Mademoiselle de Beaufremont. Vous prendrez la place du perdant si cela vous convient ma chère amie ? » Oskar connaissait enfin son nom. Certes, ce n'était qu'un nom, mais il s'imaginait au combien son prénom était beau alors pour qu'on le cache encore à cette table. Se cachant presque derrière les cartes qu'il tenait en main. Il savait quel rang elle avait ici et que c'était fort déplacer de la regarder, mais il ne pouvait s'y empêcher. Sa beauté l'appelait et il était un bien faible homme à y céder ainsi.

La partie alors se poursuivit dans une ambiance plus silencieuse. Les langues c'étaient soudainement liées. Comme pour éviter de trop parler et de ne trop cancané sur le roi et ses fréquentations en présence de celle qui faisait chavirer ce bon roi-soleil soit disant tant apprécier, mais tant critiqué dans son dos. Quelle bande d’hypocrites. Oskar au moins avait la décence de ne rien dire, jamais, il gardait les choses pour lui, peu bavard de toute façon. Mais il préférait de toutes les manières se taire plutôt qu'un jour se voir ressortir des mots mal compris. Comme il le pensait au départ, Mirko perdit la partie. Il se leva alors de sa chaise confortable dans le silence et d'une main tendue. Se forçant à ne pas trembler, il la tendit à la beauté vêtue de vert qui l'envoûtait. Un léger sourire tout en retenue vers elle. Il lui cédait sa place comme convenu, autour de la table. Sans un mot, tel était les règles. Elle était plus haut placée à la cour, c'était donc à elle de lui adresser la parole la première. Sa main fraiche dans la sienne surement bouillante, une éclaire parcourut alors tout son corps, mais il ne broncha pas d'un cil. Le silence s'était de nouveau fait autour d'eux. Du moins, il avait l'impression d'être seul avec elle. Mais il savait que s'était faux. Accompagnant sa personne toujours dans le silence jusqu'à la chaise qu'il occupait jusque-là, dépoussiérant de sa main libre avant qu'elle ne s'y pose. Il n'aurait voulu jamais qu'elle ne lâche sa main.
683 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Sam 12 Mar - 10:24


Les conversations s’arrêtèrent lorsque Lorelei entra dans la pièce, se transformant en de mystérieux chuchotements. Elle savait très bien ce qu’ils étaient en train de dire. Son statut n’était pas des plus clair mais  tous savaient qu’elle était susceptible de faire la pluie et le beau temps. Aucun n’était conscient à quel point c’était le cas. Si elle était « la putain du roi » joli surnom qu’on utilisait pour parler dans son dos, la jeune femme n’en était pas moins le plus grand danger aux alentours. Mais ça, les médisants l’ignoraient. Totalement imperméable à ces regards, le vampire se dirigea vers la table et s’excusa de son retard. Son regard fut inexorablement attiré vers cet homme dont elle ne savait rien et qui pourtant lui causait un trouble inexplicable. Lorelei prit place sur une chaise légèrement en retrait. La partie était malheureusement déjà commencée. La jeune femme releva la tête lorsque les présentations furent faites. « Absolument. Ce sera pour moi l’occasion de me familiariser avec les règles. » Elle offrit un petit sourire à son amie et reposa son regard sur la table de jeu.

Les mouvements de main étaient rapides. Lorelei ne savait pas comment les humains étaient capables de suivre ce rythme. Elle comprit rapidement qu’ils annonçaient parfois des coups erronés, peu enclin à perdre quelques sous. Pourquoi s’en priver ? Personne n’oserait les accuser de quelconques méfaits. Ce qui n’arrangeait pas les affaires de ce cher jeune homme qui se tenait face à elle. Ce dernier était d’ailleurs fort distrait. Lorelei n’avait aucun mal à percevoir les regards, parfois insistant, vers elle. Elle se surprenait d’ailleurs à sourire. Comment pouvait-il lui faire un tel effet ? Ce n’était pas femme à aimer outre mesure les flatteries. Cet homme l’intriguait. Ce n’était pourtant qu’un humain parmi tant d’autres. Son voisin de table aurait pu être tout aussi intéressant, si ce n’est l’odeur immonde du parfum qui brûler les yeux de la vampire. Mais ce n’était pas le cas. Elle n’avait d’yeux et d’intérêt que pour lui.

La partie de cartes toucha à sa fin. L’intriguant avait perdu, ce qui n’était une surprise pour personne. Il était temps pour Lorelei d’entrer en scène. Elle aurait certainement préféré passer encore quelques minutes à l’observer, tentant de percer le mystère de cet intérêt. Elle voulait en savoir plus et elle arriverait à ses fins d’une façon ou d’une autre. Pour la première fois, leurs regards se croisèrent sans détour, alors qu’il lui tendait la main. Dans un sourire des plus discrets, elle s’en saisit. La chaleur de sa main tranchait avec la froideur de celle de la vampire. S’il n’en montrait rien, elle percevait son trouble, grâce à ses battements de cœur irréguliers et au bruit de son sang se déversant dans ses veines. Bruits des plus agréables. Elle avait l’impression de devenir folle. Elle se leva et se dirigea jusqu’à la chaise. Alors que les deux jeunes gens se frôlaient, Lorelei lui murmurais de sorte à ce qu’il soit le seul à l’entendre : «Vous étiez fort distrait. Vous devriez observer. » avant de prendre place sur la chaise. «Je vous remercie. » lança t’elle à haute voix cette fois. Il était maintenant en position de lui adresser la parole. Madame d’Arras lui jetait un regard suspicieux, certainement très curieuse de savoir les paroles qu’ils avaient échangé. La partie pu reprendre. Lorelei n’en était pas moins distraite, se lançant dans un véritable jeu de regard avec celui qui l’intriguait tant, toujours dans la discrétion la plus totale. Leurs camarades de jeu étaient bien trop occupé à ne pas perdre un seul sous.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Mer 16 Mar - 17:21

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Sa main dans la sienne, sa poitrine semblait se détacher de son corps. Sa peau était si fraiche dans sa main bouillante. Était ce normal ? Il n'en savait rien, mais toucher sa peau, jamais il ne l'avait imaginé jusque-là. Son sang bouillonnait littéralement, Oskar avait l'impression d'être un chaudron en fusion. Mais il ne laissait rien paraître comme il le devait ici dans ce cours des faux semblaient et des masques parfois si mal accrochés aux visages. Accompagnant la femme qui le laissait si faible face à ses émotions et son self-contrôle, jusqu'à sa chaise. La frôlant, elle s'arrêta un instant à sa hauteur afin de lui glisser quelque douce parole qui aurait presque pu le faire fondre sur place s'il n'avait pas été au milieu de la foule et des regards qui les guettaient avec attention. Ne répondant rien, surpris de ce petit échange seules ses petites pommettes de jeune premier avait pris une teinte rougeâtre incontrôlable. La voix plus forte alors de la femme à son égare le réveilla de ce petit instant de flottement et de rêverie. Oskar était enfin à présent en pouvoir de lui adresser également la parole, mais que dire. Il n'en savait rien et préféra donc se taire encore une fois. La frôlant, elle s'arrêta un instant à sa hauteur afin de lui glisser quelque douce parole qui aurait presque pu le faire fondre sur place s'il n'avait pas été au milieu de la foule et des regards qui les guettaient avec attention. Il resta un instant à ses côtés, observant la partie qui démarra vite.

Un tout autre jeu avait alors commencé. Leurs regards ne cessant de se croiser de se défier un court instant pour finalement se quitter. Mirko savait bien qu'il ne pouvait pas attendre plus de cette femme, mais c'était déjà tellement plus que dans ses plus beaux espoirs. Elle était la première avec qui il aurait aimé ne jamais arrêter de jouer, la première avec qui il aurait aimé réellement être seul. La première à qui il voulait prouver qu'il pouvait être un homme doux et respectable. Mais vite un attroupement se fit autour de la table où la jeune Mademoiselle de Beaufremont jouait avec dextérité malgré la diversion qu'Oskar procurait. Rapidement, le jeune freluquet se fit bousculer et comme toujours, il préféra instinctivement céder sa place à ses rapaces venues quêtées un peu de considération. Un pas en arrière puis deux et bientôt son regard azur ne pouvaient plus se poser sur cette lumière dans les ténèbres de sa vie dans ce palais de lumière.

Quittant sa place sans bagarre, il chercha une faille dans l'attroupement pour capter de nouveau son regard intense. Une fois son objectif atteint, malgré quelques mouvements qui gâchait la vue. Prêt d'à fenêtre, il se détourna de ce regard qui le mettait tellement hors de contrôle. Quittant cet univers qui le chamboulait pour cette nuit claire et étoilée cherchant au fond de lui-même la force de quitter cette pièce avant de faire une bêtise. Mais il en fut incapable, trop faible face au bond de son coeur qui pour la première fois semblait rythmé une vie qu'il maudissait presque chaque jour.
551 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------



Dernière édition par M. Oskar Petrovsky le Mer 23 Mar - 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Ven 18 Mar - 23:04

Sa main semblait être assez chaude pour brûler la main de Lorelei, comme si un incroyable brasier se consumait à l’intérieur de lui. Voilà des années que la jeune femme ne s’était pas laissé aller à pareille sensation, c’était agréable. Elle en était réellement troublée. Lorsque leurs regards se croisèrent, elle eut l’impression qu’une longue décharge électrique lui parcourait le dos. Ressentait-il le même trouble ? Son cœur battait fort, elle pouvait entendre le sang se déverser dans les différentes veines et artères. C’était presque insupportable. Ce jeune homme mettait les nerfs et la résistance de la vampire à l’épreuve. Après lui avoir adressé la parole, elle s’installait sur la chaise en prenant soin de lisser sa robe. Lorelei s’obligeait à retrouver ses esprits et à se concentrer sur la nouvelle partie. Elle était bien décidée à leur donner une petite leçon. Ce jeu n’était pas sa spécialité mais sa vitesse et ses capacités attentionnelles lui procuraient une réelle avance sur ses humains à l’odeur nauséabonde.

Le jeu des regards commençait, séduction silencieuse et discrète. Il n’était pas question d’attirer l’attention. Sans qu’elle sache réellement pourquoi, elle voulait en savoir plus sur lui, il l’intriguait et l’attirait. Jamais aucun homme de sa courte existence d’humaine ou ensuite de vampire n’avait réussi cet exploit. Elle aurait un moment avec lui. Il le fallait. Mais pour le moment Lorelei était au centre de l’attention. Les personnes présentes dans la salle semblaient surprises de la voir si bien jouer… A moins qu’ils attendaient de la voir chuter, d’assister à l’effondrement du mythe de la jeune femme parfaite. Certains osaient la féliciter pour ses coups, cherchant à attirer son attention. C’était perdu d’avance. Elle n’avait que faire de ces arrogants. Alors qu’elle relevait la tête pour croiser à nouveau son regard, tout en gardant un œil sur le jeu étant donné que son cher camarade cherchait désespérément un moyen de glisser l’une des cartes cachées dans sa manche, elle remarquait qu’il avait disparu de son champ de vision. Il avait certainement été délogé de sa place. Elle le retrouva un peu plus loin pour un dernier échange.

Un petit sourire naquit sur le coin des lèvres de Lorelei. Elle s’enfonçait dans sa chaise, perdant un peu de son élégance. Elle plongeait son regard dans celui du tricheur. « Je crains, mon cher ami, avoir gagné. » C’était assez osé de sa part de faire cette remarque, mais elle pouvait se le permettre. Son regard glissait sur sa manche alors que l’homme semblait bouillonné de colère, chose qui calmait immédiatement ses ardeurs. Il la félicita donc le plus chaleureusement possible. Lorelei ne sourcillait pas. La vampire se leva sans demander son reste. L’humiliation était sa récompense. Rapidement quelqu’un prenait sa place alors que d’autres l’interrogeaient, la langue bien plus libre après quelques verres de boissons à la mode. Ces discussions l’ennuyaient mais Lorelei avait reçu une certaine éducation et ne souhaitait pas paraître impolie. Il lui était vital d’être en mesure d’être à la hauteur de sa réputation. Il lui était clairement impossible d’inviter le jeune homme, qui ne cessait d’envahir ses pensées, pour quelconques balades en tête à tête. Elle saurait l’attirer de façon plus discrète.

Lorelei fut obligée de supporter quelques conversations mais également rumeurs et bruits de couloir. Cette fois ce n’était guère instructif. A son entrée à la cour, elle avait rapidement comprit que les épouses des nobles les plus influents seraient ses meilleures alliées. Et puis habituellement ce n’était pas si désagréable ! Mais ce soir, elle avait d’autres distractions en tête. Alors qu’un nouvel attroupement se formait pour assister à une dispute, Lorelei en profitait pour disparaître et quitter discrètement la pièce. Non sans un regard appuyé sur celui qui l’avait distrait de sa soirée. Il s’agissait clairement d’une invitation à la suivre. Encore fallait-il qu’il soit assez courageux pour ça. A cette heure, les couloirs étaient calmes. C'était maintenant ou jamais.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Ven 25 Mar - 19:26

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Ses yeux cristal posés sur le ciel bleu foncé de la nuit qui s'offrait à lui, un bras lever sur la fenêtre aux divers petits carreaux mal lavés. Il entendit sa belle voix se lever parmi les murmures. Un silence s'ensuivit. Bien n'est point vu ce qui s'était passé, il s'en doutait fortement. Oskar n'était pas idiot, même si souvent, il jouait les simplets. Un demi-sourire emplit ses fines lèvres. Elle avait démasqué un tricheur surement, non pas qu'il ne l'avait pas remarqué, disons que ses préoccupations avaient été tout autres lors de sa partie. Puis il se fichait de perdre quelques sous, il n'avait pas vraiment d'autre façon de les dépenser. Surtout pas en fioriture inutile, en vêtements à la mode ou autres. Non. Inutile, si ce n'était pour montrer à quel point nous sommes soit disant supérieurs au peuple qui dans les rues meurt de faim... Comme il le sait que trop bien. La chance, le destin la mener ici et lui a permis une vie confortable dont il ne se plaint pas. Il n'en à pas le droit. Mais il ne la supporte pas pour autant. Il ne supporte pas le monde qui l'entoure, inconscient, volontairement ou non du monde qui les entoure autres que leur luxure dégoutante.

Perdue dans ses pensées un instant il ne fit pas attention à la belle demoiselle qui devait de toute manière être très occuper à faire la conversation au monde de la noblesse. Puis des voix plus haute se firent entendre, Oskar enfin sortie de son monde étoilés. Se tournant pour assisté à un d"but de dispute à une autre table de jeu que celle qu'il occupait précédemment. Son regard se posa instinctivement vers la jeune femme qui occupait ses douces pensées. Il la vit alors quitté la pièce sans un mot, en toute discrétion alors que tous se tournant vers les joueurs, ou tricheurs en herbe. Se frayant un chemin également jusqu'à la sortie qu'elle avait empruntée.

Il fut surpris de ne voir personne alors qu'il se trouvait dans un long couloir. Avait-elle pris la fuite ? Il avança alors doucement à pas de loup dans la pièce, des colonnes majestueuses et belles ornaient cet endroit finalement vide. Un léger rire capta l'attention du jeune homme qui tenta d'en déchiffrer la provenance. Il vit plus loin derrière une colonne un bout de tissu. Ses pas s’accélèrent alors, comme pour capturer cette créature qui le narguait. Mais arrivé à bon port personne, seul un autre couloir se laissait voir à ses yeux ébahis. Mirko y entendit des pas raisonnés et revoyait ce bout de robe verte tourner à l'angle d'une énième pièce. Il ignorait si elle voulait jouer, si elle fuyait, mais il voulait la rattraper, c'était certain. Lui adresser quelques mots, il le devait, c'était vital. Alors il accéléra ses pas, courant presque sur le sol de marbre entrant dans cette nouvelle pièce, encore vide de sa présence. Il expira alors bruyamment, déçus, comme s'il s'était retenu de respirer le temps de sa petite course. Le palais était un vrai dédale, un labyrinthe sans fin, avec mille et un passage secrets...Que évidement, Mirko connaissait très mal, ne cherchant pas à les connaitre spécialement. La pièce semblait pourtant vide, sans autres issus que cette porte qu'il venait de franchir. Où était-elle ?

De nouveau alors un léger rire se fit entendre derrière lui, Oskar se retourna violemment. Une ombre apparut à ses yeux comme sortant de la pièce. Était-il en train de devenir totalement fou ? Il se le demandait bien, mais il opta pour l'option du jeu. Un jeu certes des plus dangereux si on venait à les surprendre, mais à cet instant, il avait oublié le monde autour d'eux. Il n'avait plus qu'elle, seulement elle, et cette robe verte qu'il pensait voir à chaque tournant de pièce. Sortant de nouveau de la grande pièce, un salon comme le palais en comptait des dizaines, il revint sur ses pas, suivant chaque bruit, mais il courait pour rattraper cette créature qui le menait par le bout du nez. Alors qu'il revint dans le couloir aux colonnes, il vit de nouveau cette robe cachée derrière un des piliers. S'approchant sans bruit de nouveau, il surgit tel un lion face à sa gazelle. Son visage, alors, pris un sourire heureux et coquin, un visage que jamais il n'avait abordé jusque-là. Alors qu'il croisa son regard avec le sien. Attrapant enfin la vile créature magnifique qui sans doute, c'était laisser prendre dans ses filets. Son souffle était court de cette partie de cache-cache, son regard bleu transperçant celui de la jeune femme. Ses bras autour de son visage, il voulait l'embrasser, mais il n'en fit rien. Il se contenta de quelques mots entrecoupés par son souffle saccadé « Je vous tiens enfin... Vous êtes si sublime. » Sans dérorbé son regard pour une fois du sien. Il ventait sa beauté et ses charmes comme si rien ne lui interdisait alors.
869 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Lun 28 Mar - 17:53

Les couloirs étaient déserts. Il n’y avait pas une ombre à l’horizon. Ce terrain était propice au petit jeu qu’elle était bien décidée à mettre en place. Le jeune homme allait-il la suivre ? Elle n’avait que très peu de doute à ce sujet. Les regards insistants semblaient l’avoir troublé autant que la jeune femme l’était elle-même. La porte du salon de jeu ne tardait pas à s’entrouvrir. La vampire se mordillait les lèvres dans un grand sourire. Elle l’observait, passant discrètement sa tête du mur derrière lequel elle avait disparu. Il était en train de la chercher, regardant dans chaque recoin. Il était temps de s’amuser un peu. Un rire cristallin s’élevait, discret mais suffisant pour capter son attention. Lorelei attrapait sa robe et la laissait dépasser d’un poteau avant de l’observer. Elle pouvait prendre ce temps. Même si les couches de vêtements et le corset limitaient l’amplitude de ses mouvements, sa vitesse de vampire compensait pleinement ses petits inconvénients. Elle s’avançait dans le couloir et tournait dans l’une des pièces de cette énorme bâtisse. Les pas de celui qui la poursuivait se firent plus pressants. Lorelei collait son dos contre la porte en bois, frôlant le jeune homme qui faisait son entrée. Le pauvre devait en avoir assez de courir après un fantôme. Bientôt son calvaire prendrait fin. Mais elle n’était pas encore rassasiée de son envie de jouer.

Un nouveau rire et une fuite relançaient le jeu. Lorelei cherchait un recoin bien à l’abri des regards indiscrets. Elle avait l’embarra du choix. C’était un véritable labyrinthe et même avec ses sens aigus, il lui arrivait de se perdre parfois, lorsqu’elle se perdait dans ses pensées. Elle tapait dans un mur afin de faire un peu de bruit avant de retrouver le couloir aux colonnes. La jeune femme en choisissait une et se cachait derrière. C’était bien entendu peine perdue, les pans de sa robe dépassaient de chaque côté. Le marbre froid lui glaçait son dos. Elle le sentait arriver, elle percevait les battements de son cœur. Elle prenait quelques secondes pour se calmer. Il n’était pas question de déraper : l’envie de sang, de le mordre était forte. Lorelei se penchait sur le côté. S’il pensait ne faire aucun bruit, elle avait l’impression d’entendre le martellement des sabots d’un cheval. Un petit sourire se dessinait sur ses lèvres. Ce jeu était pleinement jouissif. Il s’y donnait corps et âmes. Il était temps de le récompenser pour sa peine.

Lorelei se laissait prendre dans les filets de ce chasseur dévoué mais pour le moment assez peu doué. On ne pouvait que lui reconnaître une forte ténacité. Beaucoup à la cour se serait rapidement lassé de ce petit jeu. Pas lui et ça plaisait à la vampire qui ne s’était pas sentie désiré de cette façon depuis bien longtemps. Il l’attrapait, elle se laissait faire avec plaisir et affichait une mine surprise. Un nouveau rire lui échappait, extrêmement sincère cette fois. Sa main glissait sur son visage. Le contraste entre le chaud et le froid. Sa peau lui semblait brûlante ou était-ce un feu ardent qui brûlait en elle ? En tout cas, son regard était de la couleur de la glace mais pourtant chaleureux, attirant. Il semblait hors d’haleine. « Vous aurais-je causé du fil à retordre ? » répondait-elle dans un sourire des plus innocents. Il la trouvait donc sublime. Le petit humain était sous le charme du vampire. Elle murmurait en guise de réponse au compliment : « Vous allez me faire rougir. » malgré le nombre d’années qu’elle avait à son compteur, elle ne savait toujours pas recevoir un compliment. C’était l’une des choses les plus difficiles au monde. Lorelei plongeait son regard dans le sien. « Et maintenant ? Oserez-vous m’embrasser ou dois-je m’enfuir à nouveau pour vous y pousser ? » La vampire haussait les sourcils d’un air de défi mais au fond d’elle, elle ne désirait que ça. Elle en mourrait d’envie comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Sam 2 Avr - 17:44

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
La douce mélodie de son rire vient à ses oreilles alors qu'il avait croisé son regard. Attrapant enfin la jeune joueuse, fière de lui. Sa main glacée vient alors se poser sur ses joues légèrement joufflues. Son regard, alors, se fera, instinctivement. Un frisson le parcourut entièrement, glaçant son échine de ce désir et ce sentiment nouveau. Était ce normal cette froideur de sa peau ? Oskar n'en savait rien, mais il se disait qu'il était surement bouillant d'où le contraste. Mais à vrai dire, il n'y pensait pas vraiment. Son regard bleu s'ouvrit de nouveau pour croiser le sien, d'un marron clair et doux. Il sourit alors à sa remarque, son souffle toujours court, mais qui doucement retrouvait un rythme normal. « Disons que je ne cours pas très souvent après les charmantes jeunes demoiselles. » Répondit-il alors. « Si j'y arrive, j'en serai comblé. » Ajouta alors le jeune homme, ôtant ses mains du pilier, se redressant légèrement, mais pour autant, il ne mit aucune distance entre eux. Puis les mots de la jeune femme le touchaient alors en plein cœur. L'embrasser ? Il en mourrait d'envie. Mais ici a là vu de tous ? Et si on venait à les surprendre. C'est lui qui soudain devenu pourpre. Ses pommettes trahissant sa surprise et son malheureux choix qui s'offrait à lui. La laisser filé, briser ce jeu pour une simple question d'éthique et de règles stupides ? Il s'y refusait. Mais si on venait à les voir, elle risquait gros. Lui aussi, mais à vrai dire, son propre cas ne l'intéressait et ne l'inquiétait guère dans cette histoire.

Mirko un instant hésita. Il fit un léger pas en arrière. Il se refusait à lui causer le moindre tort. Mais n'était-ce déjà pas trop tard ? Ils n'avaient peut-être pas encore été trop loin. Ils pouvaient encore en rester là oui. C'était peut-être mieux. Il voulut s'excuser un instant, son regard bleu, alors, semblait soudainement devenir humide. Comme s'il s'arrêtait à briser son propre cœur pour la première fois pour une cause qui le dépassait. Mais elle sembla alors comprendre, son regard se baissa et elle voulut se dérober à lui. Instinctivement alors il barra son chemin. Une main sur sa hanche. Il la regarda de ce regard bleu humide. Une seconde, puis deux et sa main se serrèrent légèrement sur sa hanche, l'approchant alors de lui. Il refusait de la laisser partir, il refusait de l'éloigner de lui. Alors il baissa son visage doucement vers ses lèvres qui semblait si doux et qui l'appelait. Il y déposa les siennes alors, rugueuse, sèches. Il resta ainsi, dans un simple baiser ses lèvres poser sur les siennes, comme un enfant embrassant pour la première fois. Était-ce peut-être réellement cela. Oskar avait un passé, il avait embrassé et coucher avec de nombreuses personnes de par son "métier", son statut... Mais aucune, non aucune n'avait eu le mérite de lui faire ressentir un dixième de ce que cette demoiselle arrivait à faire.

Défaisant enfin l'union qu'il avait créée entre eux, son visage restant à quelques centimètres du sien. Son souffle inspirant son parfum naturel et léger qui l'envoûtait encore plus. « Veuillez pardonner ma faiblesse. » Alors glissa-t-il d'une voix délicate comme jamais. Lors de ce baiser Oskar avait sans s'en rendre compte alors, passer son autre main sur le visage de la jeune femme qu'il tenait toujours dans sa grande paume, ses doigts rugueux caressant sa peau douce. Ne pouvant se résoudre à se séparer totalement d'elle. « Excusez mon impolitesse. J'ignore votre prénom. » Fit-il avec un léger sourire sincère et doux.
635 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Mar 5 Avr - 22:22


Il n’avait pas hésité à jouer  à ce jeu dangereux. Lorelei n’en pouvait espérer  autant, il méritait son estime. Beaucoup ne s’y serait pas osé. La jeune femme était inaccessible et la convoiter c’était s’exposer à un grand danger. Son statut ne semblait donc pas lui tenir tellement à cœur ou peut-être était-il plus aventureux qu’elle ne le pensait. Son regard se plongeait dans celui de la jeune vampire qui aurait presque pu ressentir à nouveau les palpitations de son cœur. Elle sentait le sien qui faisait un bruit infernal dans son esprit mais très rassurant. « Vous vous êtes bien battu. » l’encourageait-elle. Doucement Lorelei baissa les yeux et profita qu’il ôte les mains de la colonne pour dégager son dos du marbre. La distance entre eux était inchangée. Elle osait lui demander un baiser. Il semblait en mourir d’envie autant qu’elle. Courir après elle dans le couloir sous le couvert du jeu était simple, il était beaucoup moins aisé de transgresser certaines règles. Lorelei se lançait corps et âme dans cette requête, sachant qu’elle ne risquait rien et que lui non plus tant qu’il serait avec elle.

La désillusion et la déception furent immenses lorsqu’il recula d’un pas. Il hésitait. Il n’y avait rien de pire que ce doute qui semblait s’immiscer dans l’esprit de l’humain. Ses yeux s’humidifièrent. Ce choix était-il si cornélien ? La mort dans l’âme, Lorelei tentait de se dégager de son étreinte. Elle aurait pu si elle l’avait voulu mais ce n’était pas le cas. Elle se laissait aller alors que la pression sur ses hanches se fit plus forte. Il la retenait. Ses lèvres ne tardaient pas à trouver le chemin des siennes. Ce baiser était d’une douceur indescriptible. Elle sentait un véritable feu grandir en elle. Certainement celui de la folie. Elle se surprenait à se mordre l’intérieur de ses propres lèvres pour ne pas succomber à la tentation qui grandissait. Son sang semblait littéralement l’appeler. Elle ne pouvait pas faire ca. Pourtant elle le souhaitait ardemment.

La fin de ce baiser fut un bonheur et une torture. Elle allait succomber malgré les promesses qu’elle avait faites. Elle inspirait autant que possible l’odeur de sa peau, s’abandonnait quelques secondes au son de ce liquide, source de vie. Il lui demandait de pardonner sa faiblesse. « N’était-ce pas la première étape vers le courage ? » répondait-elle à voix basse, inaudible pour quiconque en dehors d’eux. Ils semblaient s’abandonner l’un à l’autre. Voilà qu’il lui demandait son prénom. Son sourire fit naître le même sur le visage la jeune femme. « J’en ai eu beaucoup… » Elle l’avouait sans penser aux mots qui sortaient de sa bouche. Lorelei se dégageait de son étreinte quelques secondes avant que des pas ne se firent entendre à l’autre bout du couloir.  Elle l’avait perçu bien avant lui. Elle reprenait sa route mais refusait de le quitter. Sa main se glissait dans la sienne, l’attirant vers elle, l’invitant à la suivre. «On m’appelle Lorelei. Il existe une histoire par delà le Rhin à ce sujet. On raconte que chaque jour dans un temps lointain, une jeune femme assise sur un rocher chantait magnifiquement. Les marins qui passaient par là étaient irrévocablement attiré par ce chant des plus mélodieux, si beau. Ils en finissaient par oublier la dangerosité des flots. Les vagues les engloutissaient alors qu’ils s’en fichaient. Ya t’il meilleur symbole de l’amour passionnel ? » La vampire aimait cette histoire. Après tout, elle n’était qu’une jeune fille en attente d’un amour qui lui ferait courir mille et un dangers sans qu’elle s’y intéresse… Son regard se posait dans le sien, elle ralentissait venant attraper son bras. « Je ne sais rien de vous. Parlez-moi de vous. » Qui était celui qui ne cessait de la regarder discrètement lorsqu’il en avait l’occasion.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Mer 13 Avr - 18:48

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Leur étreinte, bien qu'assez courte, sembla durée un temps infini avant qu'il ne brise ce lien entre eux. Ne pouvant cependant se résoudre à la quitter entièrement. Elle était si belle, si particulière, son visage était si pur. Chacun de ses traits appelait à la beauté. Cette beauté qu'on ne peut qualifier avec des mots. Non, elle était ce cristal dans ce monde de paraître, transparent, naturellement sublime et attirant. Mirko sourit alors à sa réponse, elle avait du mordant, elle lui plaisait d'autant plus. Ses joues rosies par cette chaleur qui s'emparait de lui entièrement, le dévorant comme les flammes de l'enfer. Empli d'émotions nouvelles, il fut surprit alors qu'elle se dégagea. Puis il entendit des pas derrière eux, elle avait dû les entendre avant. Alors il fit lui aussi un pas en arrière puis deux. Pris de panique, il eut peur qu'on les aient surpris. Mais elle glissa sa main dans la sienne, sa froideur le surprit de nouveau. Son visage croisa le sien et comme de nouveau sous son emprise, il ne la lâcha plus. Se laissant guider par ses pas rapides dans un couloir puis un second. Loin de ses gens qui avaient troublé leur apprivoisement.

Sa voix comptait une histoire que ses oreilles, son corps tout entier buvait, telles des paroles d’évangile. Il ignorait ce qu'elle tentait de lui dire au travers de ses mots, mais il aimait l'histoire. Puis doucement leurs pas ralentirent, loin de tout danger, elle agrippa son bras maigrichon. Sa force, il la ressentit alors, étrange. Il tourna son visage vers elle tout en continuant de marche vers un lieu qu'il ignorait, suivant ses pas. Elle menait cette balade à sa guise et il en était ravi. « Moi ? Oh... Je ne suis qu'un homme parmi tant d'autres dans ce zoo qu'est Versailles. Mais vous pouvez m'appeler Oskar. » Ici, on le connaissait sous le nom de Mirko, mais il avait une sainte horreur de ce prénom. Celle qu'il avait longtemps considérée comme sa mère l'avait toujours appelé Oskar et voilà de longtemps que personne ne l'avait nommé ainsi. Mais il tenait à ce que cette charmante demoiselle l'appel par ce nom-ci. Et non celui qui lui faisait référence auprès des hommes de la cour, en manque d'un bout de chaire avec qui jouer.

Savait-elle qui il était ? Ici, du moins, son rôle. Tout le monde le savait, tout le monde le fuyait... Enfin presque. Mais il ne s'en plaignait pas. Non. Peu avait un intérêt ici alors pourquoi cherché à être parmi eux. Aucun intérêt d'essayer de leur plaire, non, aucun. Ils s'arrêtèrent alors face à une grande porte, orner d'or. Il plongea alors de nouveau ses grands yeux bleus dans les siens. Ignorant où il se trouvait et où il s'apprêtait à entrer. Elle ouvrit alors la porte, laissant entrevoir la pièce, une chambre, à son regard un instant inquiet. Que voulait-elle ? Pourtant déjà ses pas avaient guidé l'homme dans les appartements de la jeune femme. Qui refermait derrière lui la porte. Laissant la pièce, sublime engloutir le jeune homme frêle et décontenancer au milieu de l'immense pièce. La pièce était surement la plus belle qu'il lui était donné de voir jusque-là... Peut-être, et même surement, la présence de la jeune femme y était pour quelque chose dans ce soudain intérêt. Il n'osa alors bouger du lieu où ses pieds avaient décidé de s'encrer.
603 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers


PS :: désoler c'est pas aussi bien que ce que j'aurais pensée etc... Mais j'ai un soucis au yeux depuis quelques jours et cela m'empêche de bien voir le pc et du coup j'ai du mal à RP réellement. Je me rattraperais.

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Dim 17 Avr - 23:39


Le jeune homme semblait être sous le charme de la jolie Lorelei. Elle faisait tourner les têtes depuis bien longtemps déjà, possédant un charme particulier et reconnaissable. Ce qui était beaucoup moins habituel c’était son intérêt pour cet homme dont elle ne savait rien, pas même le nom, mais avec qui elle échangeait des regards au détour des couloirs. Ce n’était pas étonnant. On la protégeait, l’enfermant dans un cocon bien particulier, jusqu’à en devenir une simple possession. Elle tentait de s’enfoncer dans ses prunelles pour sonder ses esprits. Elle voulait parcourir l’ensemble de son âme sans détour. Malheureusement les couloirs étaient des lieux passants et des bruits de pas mirent fin à leurs étreintes. Elle n’en avait pas terminé avec lui. Sa main glissait dans la sienne comme une invitation à la suivre. A l’instant où les peaux se touchèrent, elle fut certaine qu’il pourrait la suivre n’importe où. Lorelei le guidait à travers les couloirs.

La vampire lui contait une histoire, celle qui l’avait poussé à choisir ce prénom si peu commun. Elle l’envoutait. Une fois qu’ils étaient de nouveau hors de portée des indiscrets, elle se saisissait de son bras, tentant de limiter au maximum sa force. Le geste lui semblait un peu trop brusque mais il ne posait pas de questions. Il ne répondait pas non plus aux siennes. Lorelei connaissait enfin son prénom. Oskar. [b] « J’aime beaucoup. » se contentait-elle de répondre. Les consonances étaient douces à son oreille. Ils arrivaient à destination. A cet instant, plus rien ne pouvait arrêter ce qui était en train de se mettre en route. Elle en avait assez de ses rapprochements sans qu’elle puisse céder à ses désirs. Elle devait se contenir, comme elle le faisait depuis bien longtemps déjà. Elle ouvrait les portes qui donnaient dans sa chambre, le lieu le plus paisible dans cette immense bâtisse. Elle entrait. Si le corps de l’homme ne semblait pas hésiter une seule seconde, elle ressentait son hésitation. Elle n’attendait rien de lui. « Je ne connais d’endroit plus sûre à cette heure tardive. Les couloirs ne vont pas tarder à se remplir à nouveau. J’entends souvent ce ballet incessant. » Elle ne les parcourait qu’à la nuit tombée, évitant son cher ennemi le soleil, ce qui convenait parfaitement  à ceux qui étaient chargés de la surveiller.

Les battements de cœur d’Oskar s’étaient emballés avant de se calmer à nouveau.  Elle lui laissait le temps de respirer, de prendre conscience des lieux qui l’entouraient. Ses appartements étaient immenses mais également à l’écart. D’un geste rapide, elle libérait ses cheveux de leur emprise, les laissant tomber sur ses épaules en une cascade de boucles brunes sur ses épaules blanches. « Vous semblez perdu… Tout va bien ? » s’inquiétait-elle, s’approchant à nouveau de lui. Elle se jouait clairement de lui. Il était déjà perdu mais ne le savait pas encore. Lorelei relevait la tête pour plonger son regard dans le sien, elle glissait doucement ses mains dans les siennes, remontant ensuite le long de ses avants bras. « Vous éludez mes questions… Comment pourrais-je savoir ce à quoi vous aspirez ? » Elle déposait un doux baiser sur ses lèvres avant de s’éloigner à nouveau. Elle s’éloignait et rassemblait ses cheveux sur sa poitrine. « Puis-je avoir l’audace de vous demander un peu d’aide ? » Demandait-elle en désignant les lacets de son corset qui dépassaient. Elle voulait gagner en aisance.   « J’en ai assez de ne pouvoir respirer comme je l’entends. C’est un supplice » La demoiselle soupirait lourdement. C’était une invitation. Une de plus. La dernière étape d’un jeu vicieux et destructeur. Elle voulait ses mains contre son corps. Elle ne tarderait pas à l’attirer dans ce lit qui leur tendait les bras. Ils s'y retrouvaient quelques minutes plus tard.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Ven 22 Avr - 14:55

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Obsédé par le lieu dans lequel il se trouvait, du moins il essayait de l'être plus que par elle-même, cette femme qui était non loin de lui, qui l'avait conduit dans ses appartements sublimes. Ne pas poser son regard cristal sur elle constamment, ne pas la dévorer du regard, ne pas la mettre mal à l'aise, tout autant qu'il ne l'était lui. C'était ce qu'il s’efforçait de faire avec le peu de conviction qu'il y mettait. Les rideaux étaient tirés, la pièce sombre était seulement illuminée par diverses bougies ici et là. Mais Oskar tentait de voir chaque recoin que l'immense pièce offrait. Des appartements dignes d'une reine, c'est ce qu'il pensait alors et elle en était plus que digne. Il avait souvent entendu dire que la maîtresse, la favorite, du roi était bien souvent mieux traitée que la propre reine... Il n'en doutait presque plus à présent. Sa voix alors le sortit de ses pensées. Oskar avait retrouvé sa position de sage petit soldat, mains dans le dos, droit et fier comme un piquet. Se retournant alors simplement pour rassurer ses inquiétudes soudaines « Je vais bien, je vous remercie. Je suis surpris par vos appartements fort agréables. » Son regard alors suivi, ses cheveux, longs à présent libres sur ses épaules descendant jusqu'à sa poitrine, et même un peu plus. Elle avait tout, tout pour le rendre fou.

Elle s'approcha alors de lui, délicatement. Il hésita un instant, peu habitué à de tels rapprochements, à effectuer un pas en arrière, mais son cœur fut plus fort que sa raison et il libéra ses bras de son dos. Laissant la jeune femme saisir ses mains, un courant alors électrisa tout son être, de nouveau, alors que sa peau froide mais si douce de la brune vient le toucher. Se contentant de nouveau d'un sourire, un peu perdu par ses propres sentiments. Rendant se baiser qu'elle lui offrit doux et agréable, comme s'ils se connaissaient déjà, comme si rien ne les empêchait de s'aimer. Et pourtant. Mais Oskar ne voulait plus penser à cela, il fut alors amusé par ses dires. « Je ne saurais quoi vous répondre, malheureusement. Je vis ma vie au jour le jour, je n'aspire qu'à avancer pas à pas dans ce monde de loups affamés. Je suis un homme simple qui aime les plaisirs simples de la vie, qui estime avoir la chance d'être ici avec vous. » Mirko évitait ses questions, oui, mais quoi dire à une femme comme elle. Intimidante, qui surement menait une vie simple et luxueuse depuis bien longtemps. Lui dire qu'il venait de la rue ? Quémander sa pitié ? Qu'il n'avait pas réellement connu ses parents, qu'il était le joujou d'un roi et d'autres hommes tous aussi hypocrites les uns que les autres... À quoi bon ? Cette soirée était comme un rayon de soleil éclairant un chemin de ténèbres et Oskar se refusait à assombrir la moindre éclaircie de ce rayon de soleil.

Lorelei alors le quitta, à son grand regret. Ses pas la menaient un peu plus loin dans la chambrée. Son regard bleu et lumineux la suivait sans perdre une miette de ses mouvements. Il esquissa un léger sourire en la voyant déposer ses cheveux soyeux délicatement sur une de ses épaules. Laissant à l'homme tout le loisir d'admirer son dos lacé d'un corset serré, comme chaque femme ici en portait. Son regard ne put s'empêcher de se baisser sur ses courbes généreuses et attrayantes, mais il le releva bien vite alors qu'elle l'invita à l'aider. Avalant sa salive alors, surprit, mais fière à la fois. La soirée ne faisait que démarrer et Oskar semblait commencer seulement à s'en rendre compte. Il ne répondit rien, restant dans un silence mystérieux, mais ses pas brisaient tout cela. S'approchant alors de la jeune femme, s'arrêtant alors que leurs corps semblaient proches, trop pour qu'il ôte avec facilité ses lacets qui l'empêchaient de respirer. Il ferma les yeux un instant en déposant une main sur son épaule à demi-nue, un peu maladroitement, mais avec toute la délicatesse dont il pouvait faire preuve. Son cœur s'emballant alors. Dans une douce caresse, il fit descendre sa main sur son dos et son autre main vient rejoindre la première. Saisissant ses cordes de tortures, il tira sur les deux extrémités, lentement. Son visage s'approchant de la peau de son cou, pure et qui sentait agréablement bon, dans un geste coordonné à ses mains. Frôlant de son nez son cou, il huma son parfum. Une de ses mains laissa le cordage libre pour s'emparer d'une de ses fines hanches. Son autre main s’affairant toujours à défaire les lacets du corset pour la libérer enfin de ce calvaire qu'il imaginait bien pénible.

Son corsage enfin plus lâche, Oskar décida de le laisser ainsi pour l'instant. Préfère laisser sa main saisir son autre hanche pour rapprocher la jeune femme encore plus de lui, toujours dans des gestes délicats et tendres, comme il en avait le secret. L'invitant à suivre ses envies avec patience et lenteur. Déposant enfin ses lèvres sur la peau nue de sa nuque dans un léger baisé, simple. Puis dans un second et un troisième. Accroc à sa peau, il ne semblait plus jamais vouloir la quitter. Gourmand de la friandise qu'elle lui offrait. Mirko remonta une main vers son épaule libre de toute chevelure et alors il saisit le tissu de sa robe verte pour tirer toujours avec délicatesse, mais aussi un peu de force dessus afin de faire lâcher un peu plus les lacets de la robe et laisser descendre le tissu sur son bras. Une fois son épaule mise à nu, il s’efforça de la couvrir de baiser et caresses tendres. Avant de finalement se détourner de son dos pour lui faire face et l'embrasser plus passionnément et saisir de nouveau le goût exquis de ses lèvres, qui lui manquaient que trop. Une main toujours perdue sur ses hanches, tendit que la seconde remontait dans son dos pour de nouveau défaire un peu plus les derniers lacets serrés de la robe qu'elle portait.
1064 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Sam 23 Avr - 10:44


Le piège se refermait sur Oskar. Mais pouvait-on réellement dire qu’il s’agissait réellement de cela ? Lorelei  ne cessait de peser le pour et le contre d’une éventuelle transformation. Elle n’en savait pas assez sur lui pour savoir si elle prenait la bonne décision, mais dans le plus profond recoin de son âme, si elle en avait réellement une, elle savait que c’était la chose à faire. Elle tentait une dernière fois de découvrir de nouvelles choses à son sujet, en profitant pour se rapprocher, pour déposer ses lèvres sur les siennes. Il éludait une nouvelle fois la question. S’il semblait déjà être sous son charme, elle n’en était pas moins attirée et curieuse à son sujet. Elle souriait : « Une chance vraiment ? » lui répondit-elle en s’éloignant Il n’avait aucune idée de ce qui l’attendait, avec quel monstre il était.

La jeune femme l’invitait à l’aider, poser ses mains sur elle pour retirer cet instrument de torture que l’on appelait corset. L’homme ne se défilait pas et s’approchait sans un mot. Toujours ce silence mystérieux. Le temps lui semblait suspendu pour la première fois depuis bien longtemps. Leurs corps étaient proches. Elle aurait pu en avoir le souffle coupé par le passé. La main d’Oskar se posait sur son épaule avec une grande délicatesse. Le cœur de ce dernier s’emballait à nouveau, compliquant la tâche de la vampire. Elle n’allait plus pouvoir se contenir très longtemps. Il saisissait les lacets et la libérait doucement de cette prison. Si la respiration n’était plus un souci depuis longtemps déjà, ses mouvements étaient entravés. Une cage dorée que devait supporter toutes les femmes. Son souffle caressait sa nuque et ses épaules. Lorelei fermait quelques secondes les yeux, se concentrant sur son environnement. Une main glissait jusqu’à ses hanches alors que l’étreinte du tissu rigide disparaissait.

Il prenait confiance. Leurs corps se rapprochaient encore un peu, n’étant séparé que par les tissus. Il embrassait doucement la peau de la jeune femme, qui se laissait totalement aller à ce contact. Il faisait preuve de délicatesse, une nouveauté pour Lorelei. Il ne la prenait pas pour une petite chose fragile, c’était différent, revigorant. La jeune femme ne pouvait s’empêcher de déglutir. L’envie rendait l’attente insoutenable. Sa gorge la brûlait, la torturait. La soif commençait à s’emparer d’elle, alors que sa robe glissait doucement. Elle s’obligeait à se concentrer sur ses baisers. Il lui faisait face. Il s’approchait et leurs lèvres se scellèrent à nouveau. Elle le voulait maintenant. La robe verte glissait sur le sol. Les choses ne faisaient que commencer.

Son dos rencontrait la douceur des draps alors qu’elle l’entrainait avec lui, refusant de quitter ses lèvres. Elle l’avait choisi. Il serait sa première transformation, peut-être la dernière. Ses mains se frayaient un chemin sous la chemise de l’homme. Rapidement, elle renversait la tendance, s’asseyant sur lui. La jeune femme se penchait pour l’embrasser encore et encore, laissant ses mains glisser sur son corps et résistant autant que possible à l’appel de la morsure qui se faisait de plus en plus pressante. Elle le faisait parfois disparaître sous son jupon dans un éclat de rire, se jouant de son mécontentement à peine perceptible. Rapidement, elle ne pouvait plus tenir. Sa main se posait sur le torse d’Oskar avec plus de force qu’elle n’en avait montré jusqu’à maintenant. Elle plongeait son regard dans le sien avant de l’embrasser, rapidement elle détournait le regard. Il ne fallait plus attendre, sinon elle n’allait pas être capable de s’arrêter. Lorelei glissait doucement dans sa nuque et sans crier gare, ses crocs transpercèrent la peau. Le liquide tant désiré coulait dans sa gorge avec abondance, soignant le feu qui s’était propagé. Elle sentait doucement la vigueur et la force disparaître du corps d’Oskar, elle se faisait violence pour arrêter. La vampire se dépéchait de mordre son propre poignet pour l’échange. Elle craignait de ne pas lui en avoir laissé assez pour qu’il survive. Il fallait se dépêcher. Il n’avait d’autre choix que d’avaler à son tour le sang. Elle passait doucement sa main sur son visage alors qu’il s’évanouissait. Elle déposait ses lèvres sur les siennes. Il était temps pour lui de mourir pour mieux renaître.

La suite s’en découlait rapidement. Sa disparition de Versailles était prévue depuis plusieurs semaines déjà. Elle allait être aidée dans sa fuite : certaines personnes étaient désireux de la voir partir, d’autres s’étaient prises d’affection pour cette jeune femme sans défense qui risquait d’être victime de ces jeux pervers. La  présence d’Oskar modifiait considérablement ses plans. Ils arrivèrent pourtant à temps à la cabane, moins d’une heure avant les premiers rayons du soleil. Il ne lui restait qu’à ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Mar 26 Avr - 14:28

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Sa main contre sa peau, c'était insensé. Rêvait-il ? Oskar se le demandait bien, mais il profitait de ce doux moment pour oublier les règles de la cour de Versailles. Qu'importait à présent, c'était uniquement lui et elle, dans cette immense pièce. Lui la couvrant de caresses qui se voulaient plus douces les unes que les autres. Mirko voulait la traiter comme le plus pur des diamants que cette terre connaissait, car elle était l'un d'eux, à ses yeux, c'était certain. Son coeur s'emballait à battre plus vite qu'il ne l'avait fait jusque-là, avait-il connu pareil désire avant ? Non, il en était persuadé. Il ne la voulait pas pour simplement la vouloir, non, il la voulait pour lui, pour sa vie. Il était prêt à assumer les conséquences de cet acte qui se préparait, s'il y avait besoin un jour de se justifier. Passé sûr le bûcher, il ne le craignait plus. Non après ce moment plus rien, non plus rien, ne lui ferait peur. Car la vie lui aura apportée ce seul moment de bonheur dont il rêvait un jour dans sa triste vie. Unique, il s'en doutait, mais cela lui suffisait amplement.

Leurs caresses se faisaient de plus en plus désireuses et impatientes. Sa robe d'un vert pâle et agréable finit par descendre à ses chevilles, laissant simplement apparaitre son dessous blanc comme la pureté de son joli visage. Suivant ses pas qui les rapprochaient du lit drapé de soie agréable, sans jamais desceller cette union de leurs lèvres. Il la laissa glisser sur le lit, la regardant un instant, admiratif à jamais insatisfait de cette beauté naturelle. Ses mains fraiches, alors, s’échappaient sous sa chemise claire qui le couvert encore. Choisissant de laisser la jeune femme donner le rythme de cet instant. Ses fines lèvres un peu rêches se perdant sur la peau de son cou pour descendre sur sa clavicule et rejoindre sa poitrine encore légèrement cachée par le voile blanc de son habit. Elle choisit de mener la danse, se posant au-dessus de lui, il se laissa faire. Il n'était qu'un jouet docile entre ses mains, préfèrent la laisser guider leur jeu afin que ce moment soit à jamais inoubliable dans son esprit et peut-être le sien également. Un sourire suivait ses râles alors qu'elle se jouait de lui, brouillant sa vision avait son jupon. Ses mains caressaient ses hanches si parfaites, remontant jusqu'à sa poitrine qu'il toucha du bout de ses longs doigts fins et abîmés comme de peur de casser la porcelaine fragile qu'elle était. Jamais il n'avait été si doux avait une femme, non jamais il n'avait pris soin d'être aussi attentif et léger dans ses mouvements. Mais Lorelei était spéciale, elle était unique, et son cœur qui battait à se rompre ne pouvait que souligner cela.

La jeune femme, alors, se redressa plongeant son regard dans le sien un instant, en suspens comme si le temps c'était arrêté une seconde. Sa main contre son torse viril se fit alors moins délicate, il sentit sa force, trop grande. Il tenta une interrogation par son regard, mais elle se pencha vers le creux de sa nuque. Il cessa de bouger, la laissant faire comme toujours. Étrangement, Oskar ne sentit aucun souffle contre sa peau bouillante, mais il tenta de ne pas y prêter attention, occupé à caresser ses formes généreuses, inconscient de ce qui l'attendait alors. Un léger cri sortit d'entre ses lèvres, serrant la femme de ses mains. Incapable de réellement hurler malgré la douleur qui s'emparait alors de lui, on lui déchirait la peau. Son regard bleu se perdait sur le plafond de peinture, son corps semblait trembler sous la frayeur qui illuminait à présent ce regard cristal. La force de la femme était telle qu'il avait l'impression de ne pas pouvoir bouger un orteil. Pourtant dans la panique, il semblait tenter de se débattre un instant. Mais doucement la force, le peu qu'il avait face à cette créature semblait s’évaporer, comme le liquide chaud qui le quittait doucement. Il le sentait, intérieurement. Mirko, alors, sembla cesser de se débattre, trop épuiser pour cela,. Même ses yeux n'étaient presque plus capables de rester ouverts. Il sentit alors la jeune femme se redresser. Était-ce donc la fin pour lui ? En tout cas si tel était le cas, il en était satisfait, il avait connu un peu de bonheur comme jamais il n'avait espéré en connaitre. Un léger sourire semblait se dessiner sur ses lèvres avec les dernières forces qu'il lui restait.

Un trou noir, béant comme les ténèbres, comme l'éternité. Sa tête semblait baigner dans le vide, tournoyant telle une valse mal dansée. C'était étrange, il ne se souvenait pas. Il ressentait de nouveau cette douleur, ce souvenir plutôt de cette douleur. Il sembla poser une main sur son coup, les yeux toujours clos. Pourtant, son corps ne fit aucun mouvement. Ses yeux tentaient de s'ouvrir, mais il se sentait vaseux, comme s'il se réveillait d'un long, très long sommeil duquel il n'aurait jamais dû se réveiller. Soudain, il réussit à ouvrir ses paupières qui papillonnaient doucement et légèrement dans le brouillard qui s'offraient à lui. Son regard était brumeux, obstrué comme par une fumée épaisse, comme se réveillant d'un coma profond. La lumière était presque inexistante, pourtant, il avait l'impression qu'elle lui brûlait les yeux. Et cette forme penchée au-dessus de lui. Un visage, semblait-il. Ses cheveux bruns qui l'entouraient, ce parfum que trop odorant, qui presque était trop envahissant pour ses narines. Il se sentait si étrange. Ses yeux se fermèrent à nouveau, pour un temps indéfini. Quand il les ouvrit de nouveau, la pièce, l’environnement était plus clair alors, moins troubles. Elle était encore là, elle semblait le veiller. Mais sa tête semblait si lourde. La terre l'appelait, il semblait la sentir, vivre, respirer. Comme si soudain ses sens étaient multipliés. Pourtant, sa vision était toujours trouble. Ses lèvres se descellaient. Les craquelures présentes prouvaient du temps passé. Il tenta de bouger, mais le faisait-il réellement, il ne savait pas. Sa tête était si lourde, ses mots que son esprit prononçait sortaient-ils vraiment de sa bouche ? Ses questions parvenaient-elles à cette femme ? Était-ce elle ? Il semblait perdu dans ce monde de brouillards épais.

Oskar n'avait pas peur, non ce n'était pas ce sentiment qui l'animait à présent. C'était ce désir, cette soif, cette faim, incompréhensible, inconnu jusque-là. Cette envie, ce besoin qu'il ne comprenait pas. Ses yeux s'étaient clos de nouveau pour un moment. Et il s'était réveillé dans un sursaut brusque et clair. Cette soif, ce besoin trop présent, trop ancrer en lui. Bestiale et incontrôlable. Il croisa son regard doux, pourtant, il dévia ses yeux sur sa propre poitrine. Il avait cette impression de respirer si fort, comme se réveillant d'un horrible cauchemar, mais il constata avec effroi que son torse refusait à se soulever malgré cette impression de souffle rapide et saccader. Son regard, alors, porta brusquement à droite puis à gauche, il sembla faire tempête au-dehors, il entendait et ressentait le vent, mais rien ne bougeait, cette cabane de bois puant qui lui grillait les narines de par cette odeur qu'il pensait pourtant appréciait de bois pur, lui était insupportable à présent. Il ne comprenait pas. Tout semblait différent, comme si on l'avait drogué et pourtant, il connaissait déjà cela. C'était encore plus intense que tout ce qu'il avait déjà pu prendre. Son regard se reposa alors sur la femme, Lorelei. Ses yeux, c'était plisser, il semblait la voir pour la première fois, comme si ses traits étaient encore plus doux et magnifiques que lorsqu'il avait croisé son chemin la première fois. Il semblait la voir avec clarté alors que la cabane n'était éclairée que par deux bougies... C'était ce désir, cette soif, cette faim, incompréhensible, inconnue jusque-là.
1370 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Jeu 28 Avr - 12:57

Le moment était venu de succomber aux désirs qui l’animaient. Lorelei l’avait attiré dans le lit, se délectant de ses caresses et de ses baisers. Elle n’avait plus la force de lui résister. L’avait-elle un jour eu ? Après une dernière hésitation, elle glissait le long de son cou, déposant quelques baisers avant d’y planter ses crocs. Le doux liquide rougeâtre coulait dans sa gorge. Un pur délice. L’étreinte d’Oskar se fit plus présente. Il tentait de se débattre un instant mais il n’avait pas la force de lutter contre la vampire. Pas encore. Ses forces l’abandonnèrent, Lorelei se relevait, soucieuse de ne pas le tuer avant que la transformation soit achevée. Elle le forçait à boire son sang avant de l’embrasser avec une délicatesse sans pareille. Bientôt ils seraient à nouveau ensemble.

La cabane était un refuge sûr, à l’abri des curieux. L’endroit idéal pour que le jeune homme puisse achever sa transformation. Elle le veillait, anxieuse à l’idée de ne pas avoir pu s’arrêter à temps. On ne lui avait jamais appris comment faire. Lorelei était la seule infante de sa créatrice et elle n’aurait jamais dû engendrer à son tour. Tel était l’accord. Pourtant à cet instant, elle s’en fichait totalement. Elle savait parfaitement ce qu’elle faisait. Allongée à ses côtés, elle passait doucement sa main sur son visage. Il allait bientôt se réveiller. La main de l’endormi se posait sur son cou. Lorelei se sentait libérée d’un poids immense. Elle se penchait sur lui alors qu’il tentait d’ouvrir les yeux. Il s’enfonçait à nouveau, mettant ses nerfs à l’épreuve. La main de la jeune femme se frayait un chemin jusqu’à celle d’Oskar. Ses yeux s’ouvrirent à nouveau quelques heures plus tard. Elle avait un sourire sur le coin des lèvres. D’une voix douce elle tentait de l’appaiser. « Bonjour mon ange de la nuit » Il essayait de bouger. « Doucement. » Les premiers mouvements étaient les plus difficiles. Le corps se raidissait au contact de la mort. Bientôt il serait à nouveau en pleine possession de ses moyens. Il refermait les yeux. Elle s’approchait et déposait un baiser sur ses lèvres.

Lorelei le laissait explorer les lieux du regard. Il devait se familiariser avec son nouvel environnement, sans compter les changements corporels. Lors de la découverte du sien, elle avait causé de nombreux dégâts sans faire attention. « Comment tu sens-tu ? » Elle serrait doucement sa main dans la sienne. Il était froid. Elle n’avait donc pas failli. La transformation était complète. La jeune femme repoussait ses cheveux en arrière. « Ce que tu ressens est tout à fait normal. Ne t’inquiète pas. Tu comprendras. » Elle se levait du lit où il était couché, s’approchant des bougies. Elle en allumait une énième, dégageant une douceur odeur qui lui plaisait tant et avait le don de l’appaiser. « La moindre odeur t’accommode, tu as l’impression que le vent va arracher le toit que tu as au dessus de la tête alors qu’il n’aurait pas la force de voler le chapeau d’une jolie femme. Ne parlons pas de cette faim incompréhensible qui te dévore de l’intérieur. Je t’apprendrai à l’apaiser, même elle sera toujours là, bien présente. Tu auras le droit à du répit. » Elle posait la bougie et s’approchait à nouveau de lui. Elle tendait la main pour qu’il lui donne la sienne. Lorelei la posait sur sa poitrine, sachant parfaitement qu’il allait réagir à l’absence si marquée de son palpitant. « Il faut savoir abandonner certaines choses pour avoir la chance de renaître » Elle avait le regard tendre. « Je t’ai fait un cadeau très précieux. Le même qui m’a été offert il y a bien longtemps de cela. Ta chance d’être libre. »Il semblait désirer cette liberté autant qu’elle l’avait espéré par le passé, avant que son cœur ne s’arrête définitivement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Jeu 26 Mai - 11:57

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Ce réveil, brutal, où était-il ? Que faisait-il ici ? Ce lieu lui était inconnu et cette sensation étrange, comme si soudain, il sentait la terre vivre comme jamais aucun humain ne pouvait le sentir. L'était-il encore d'ailleurs ? Son regard se posa ici et là dans la pièce sombre qui pourtant lui paraissait si claire. Elle était là, Lorelei, sa voix l'apaissait quelque peu. C'était étrange, Oskar n'avait pas peur, non, c'était une autre sensation qui l'animait. Non pas cette faim incommensurable ou cette soif de... Il ne savait même pas en réalité ce qu'il voulait. Il se sentait différent, étrange et étrangement bien. Oui, bien, même s'il avait envie de vomir avec toutes ses sensations, cette vivacité autour de lui qui lui tordait les entrailles, mais il était bien, son esprit était bien. Libre même. Elle parlait, elle lui demandait comment il se sentait, mais Mirko était totalement incapable de parler. Ses mâchoires restaient serrées fortement l'une à l'autre, incompréhensible. Pourtant, il avait envie de parler, il lui répondait dans sa tête, mais il sentait ses mâchoires se serrer davantage lorsqu'il tentait une réponse.

Lorelei prit alors sa main dans la sienne. Suivant chaque geste qu'elle faisait avec attention alors, elle posa sa propre main contre son torse toujours vêtu de cette chemise blanchâtre alors qui semblait pourtant plus sale qu'à au normal. Sa main contre son propre cœur ou du moins où il aurait dû se trouver. Mais il ne sentait rien. Ses yeux se froncèrent un instant tentant de ce concentré alors pour sentir son palpitant battre. Mais même avec toute la concentration dont il arrivait à faire preuve rien... Rien de rien. Il releva alors un regard vers la belle demoiselle, non pas inquiet, mais interrogateur. Puis alors il se souvint de ce dernier instant à Versailles. Elle plongeant vers son cou et cette sensation, cette douleur qui semblait de nouveau l'atteindre. Sa main, alors, lâcha la sienne violemment pour venir à son cou. Mais aucune plaie n'était présente. Pourtant, Oskar sentait quelque chose, son nez affiné comme jamais alors semblait détecté quelque chose.

Tournant alors son visage au maximum est de sa main vers son cou, il tira le col de sa chemise pour le regarder. Il y constata quelque petites tâches rougeâtres, étrange. Puis cette odeur qui semblait l'appeler alors, il la connaissait. Le sang, c'était du sang, il pouvait le sentir, comment ? Il n'en savait rien. Mais alors que jusqu'ici, ses mâchoires se serraient avec puissance soudain sa bouche s'ouvrit alors doucement. Il sentit quelques choses frotter intérieurement contre ses lèvres. Sa langue passa alors sur ses dents et il constata avec stupeur qu'il avait deux canines bien aiguiser et plus longues qu'à au normal. En une seconde dans son esprit, les idées se bousculaient alors. Il avait beaucoup lu de livres et ouvrage divers, il était parfois tombé sur certains ouvrages qui faisaient mention de créature horrifique avec de longues dents assoiffées de sang, inhumaines. Était ce vrai ? Il tenta un regard à la femme qui toujours l'observait dans ce réveil étrange. Mais son regard ne croisa le sien qu'une fraction de seconde avant que son visage ne plonge vers ce bout ne chemine qu'il arracha presque. Ses lèvres entourant alors le tissu sa langue tentant de sucer la moindre micro goutte de ce sang qui tâchait sa chemise blanche. Mais hormis un goût agréable en bouche, il n'en tirait rien de plus. Pourtant, il restait collé à son col de chemise incapable de s'en détacher, comme si soudain, il venait de trouver la raison de cette faim qui l'avait éveillé de ses songes paisibles.

Son regard, alors, tenta de se tourner de nouveau vers la belle brune. Un regard bleu étrange cette fois-ci, inquiet, désirant de comprendre, suppliant de l'aide pour se détacher de ce tissu qu'il avait finalement arraché avec étrange facilité. S'il continuait ainsi, il allait vraiment finir par l'avaler.
687 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Invité

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Dim 29 Mai - 10:55

Doucement Lorelei le laissa s’éveiller. Son soulagement était intense. Elle ne l’avait pas tué et c’était une très bonne nouvelle. Sa plus grosse crainte de ses dernières heures était d’avoir commis une erreur un impair qui aurait pu coûter la vie à cet homme. Sa créatrice était parfaitement capable de lui cacher des détails d’une grande importance afin d’empêcher son infante d’engendrer à son tour. Ce n’avait pas été le cas cette fois. Oskar parcourut la pièce des yeux, ressentant de nouvelles sensations. Lorelei se souvenait parfaitement de son réveil. Elle s’était éveillée de façon paisible avant de prendre peur face à l’inconnue, sa voix l’avait apaisé. Elle en fit de même pour lui, avec une douceur qui la caractérisait. Elle lui laisserait le temps dont il avait besoin.

Il était crucial de lui faire prendre conscience, petit à petit, de sa nouvelle condition et de ce que cela impliquait. Elle prit sa main dans la sienne et la posa sur sa poitrine. C’était certainement l’image la plus marquante de sa nouvelle vie de vampire. Ils étaient morts en quelque sorte. Leurs cœurs ne battaient plus. Paradoxalement, il finirait par se sentir plus vivant que jamais. Son regard interrogateur se posa dans celui de la vampire, qui lui fit un sourire rassurant avant de poser sa main sur son visage. Elle le expliqua qu’il fallait parfois abandonner certaines choses… A cet instant, elle ne doutait pas une seule seconde d’avoir fait le bon choix. Contre la raison, elle l’avait choisi lui. Le nouveau né semblait reprendre possession de ses souvenirs. Il lâcha violemment la main de la jeune femme pour la poser sur son cou, à l’endroit exact où elle l’avait mordu. Ce n’était guère la partie la plus drôle pour lui, nettement plus agréable pour Lorelei qui avait ressenti son sang vibrer en elle.

Quelques gouttes de sang avaient tâché le tissu de sa chemise. Son odorat développé l’avait senti à l’instant même où il avait été capable de se concentrer. L’appel du sang allait guider sa vie dans un premier temps, envahir la plupart de ses pensées… Sans jamais disparaître. Les années forgeaient le caractère mais cette envie jaillissait à tout moment de leurs existences. Lorelei se demandait si un vampire avait déjà eu la force de combattre cette soif, d’y résister. L’avait-il vu disparaître après qu’elle se soit faite insoutenable ? Elle n’avait pas de réponse à cette question, ni la force de s’y risquer. Elle lut la stupeur sur le visage de son protégé alors qu’il sentait ses canines pour la première fois. Il ne résista pas plus longtemps et se jeta sur ses infimes gouttes qui pourtant devenaient le plus précieux des trésors. Un petit sourire amusé naquit sur les lèvres de la jolie brune avant de se détacher de cette image. La chaleur se faisait moins présente sur sa peau. La nuit était certainement sur le point de tomber. Le timing était parfait. Le regard du jeune homme se fit plus insistant et inquiet. Comme à un enfant, elle lui retira le bout de tissu des mains, prenant son visage entre ses mains avec une extrême douceur presque maternelle. « La nuit est en train de tomber. Les faits valent mieux que de longues explications, laisse moi te montrer. » Elle déposa un baiser sur ses lèvres avant de se lever. Elle lui tendit une nouvelle chemise n’ayant pas subi les attaques d’un nouveau vampire et lui demanda de l’enfiler sans plus d’explications. Elle attacha ses cheveux, ne prenant pas la peine de se changer même si sa tenue était des plus osées pour cette époque. Elle n’avait guère envie de ruiner une autre tenue.

La nuit était bien tombée lorsqu’ils sortirent de la cabane. Lorelei prenait un gros risque de l’envoyer à l’extérieur pour sa première … Chasse… mais elle n’avait pas trouvé meilleur moyen que de lui faire prendre conscience de son potentiel mais également de sa dangerosité. Elle lui expliqua que la nuit était leur territoire, tentant de focaliser son attention sur elle. La vampire avait déjà senti l’odeur de sa proie, soigneusement choisie. Un homme des plus abjectes dont la disparition ne serait que justice. Elle se demanda combien de temps Oskar allait-il mettre pour le sentir et pour succomber. C’était sa première fois.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞ Sam 11 Juin - 16:22

Lorelei Wansburg & M. Oskar Petrovsky
Sans comprendre quoi que ce soit, Oskar s'était jeté sur son col de chemise. Ses canines acérées et cette soif enfin plus compréhensive. Oskar n'était pas idiot, et même s'il ne comprenait presque rien à la situation, il venait de comprendre ce qui animait cette soif cette envie qui lui déchirait l'intérieur. Ses quelques gouttelettes de sang qui s'étaient mélangés au tissu de sa chemise de lin claire... C'était cela qui l'appelait qui lui hurlait et lui tordait les entrailles. Ses pauvres et malheureuses perlettes de sang perdu sur un bout de tissus, qu'il n'avait d'ailleurs eu aucun mal à arracher du reste de son habit. Son regard interrogateur et ses pupilles bleu océan questionnaient la femme à ses côtés alors que sa bouche ne daignait pas se séparer de se met délicieux. Elle esquissa un sourire, ravissant, avant de lui arracher le bout de tissus avec délicatesse, mais fermeté. Oskar sentit ses mains contre ses joues, mais son esprit ne cessait d'être obsédé par ses gouttes qu'elle lui avait confisquées. Sa voix, alors, attira un peu son attention, il tenta de mettre toute l'énergie dont il disposait pour oublier ce tissus et se concentrer sur ses paroles.

Mirko ne comprenait toujours rien, ses paroles étaient un mystère, mais il tenta d'acquiescer quand même. Son visage ne bougeait pas pourtant serrer dans ses douces mains délicates, mais ses yeux tentaient une réponse. En plus, sa mâchoire s'était de nouveau serrée. Elle se leva après un léger baisé et lui lança une chemise en lui demandant de se vêtir avec. Oskar s'exécuta sans plus de questions. La suivant du regard, sage, il ignorait réellement pourquoi il ne courait pas, hors de cette cabane, pourquoi il n'allait pas chercher du secours. Toutes personnes censées l'auraient surement fait. Mais il comprenait... Et il aimait... Oui, il aimait cette femme, il le savait, il le sentait au plus profond de lui. Et il comprenait un peu la situation, même s'il ne saisissait pas toutes les subtilités de la chose. Il sentait au fond de lui qu'il lui devait obéissance et respect, qu'il lui devait aussi et surtout la liberté. Cette liberté qu'il avait toujours attendue et l'avenir d'une nouvelle vie.

Lorelei le mena alors à l'extérieur, suivant ses pas sous son regard attentif. Oskar, s'immobilisa un instant à peine au-dehors. Toutes ses sensations, toutes ses choses qui lui donnaient presque l'impression d'être malades. Ce vent qui lui déchirait les oreilles à l'intérieur. Il le sentait à présent sur sa peau, il le réchauffait d'ailleurs, mais il n'était pas plus puissant qu'une brise légère. Ses odeurs qui lui agressaient alors le nez, certaines étaient douces et agréables, d'autres non. Il semblait sentir la nature pour la première fois, réellement. Son regard se porta ici et là, balayant la dense forêt du regard. Fermant ses yeux, ils semblaient entendre des animaux qu'il ne voyaient pas. S'approchant d'un arbre, y déposant une main aussi délicate que possible. Mais la vitesse de son mouvement le surprit quelque peu. Oskar sentait l'écorce ondulée sous sa main, comme si elle vivait, comme si il sentait la sève s'écouler dans l'arbre. Son regard azur se posa sur Lorelei alors, tel un enfant, plein d'étoiles. C'était magique.

Puis il fronça les sourcils, la nuit était tombée, oui, mais il y voyait... Bien... Oskar n'eut pas réellement le temps de penser plus à cela, ni même de poser une question alors que sa mâchoire, enfin, se décidait à se desserrer. Vif, il se tourna, quittant l'arbre. Il eut cette sensation, la même qu'avec se bout de tissues quelques minutes auparavant. Cette impression de ne plus se contrôler, de devenir une espèce de monstre. Ses crocs de nouveau se laissaient voir, ils ne les contrôlaient pas. L'homme se tournait dans tous les sens, aussi vifs qu'une mouche, il sentait et entendait ce sang couler dans les veines... Oui, c'était cela, telle une rivière de sang, ce bruit l'horrifiait, mais l’obsédait en même temps. Tout autour de lui, il avait l'impression d'entendre et de sentir ce liquide rouge qui l'appelait et l’obsédait de nouveau. Il jeta un regard à la femme qui l'observait, mais à la place d'une question, il sentit un râle, un bruit étrange sortir d'entre ses lèvres. Cet appel était plus fort que tout, et le voilà qui déjà détalait à toute allure dans une direction, écoutant ce monstre en lui assoiffé de sang. Ses jambes couraient vite, ses yeux repéraient les obstacles et son corps les contournait avec simplicité. Telle une ombre, il se fondait comme une lame entre les arbres de la forêt incapable de se retenir.
824 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

Contenu sponsorisé

Message ✞ Re: Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.    ✞

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorelei ➸ I feel a link exist between your heart and mine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Link version fille
» [Link, Charlotte] Le poids du passé
» Red-link
» Ma petite histoire avec le Castle Link USB
» [Shinomi] In Line To Feel Fine ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille des rp-
Sauter vers: