Partagez | 
 

 HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Message ✞ HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞ Mar 9 Aoû - 19:17

Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant.
Il est confortablement assis dans son appartement, un livre en latin posé sur ses genoux. Seul ses yeux bougent, trahissant le peu d’activité que son corps exécute. Il lit les phrases où du moins il dévore les mots dans cette langue morte qu'il comprend, pour l'avoir longtemps pratiquée avec sa créatrice. Il aime le latin, c'est une langue très belle et aérienne à son goût. Il retrouve souvent l'empreinte de cette langue dans les langages d'aujourd'hui et il adore cela, il a l'impression de revenir plusieurs années en arrière. Pourtant l'envie de boire quelque chose de frais l'arrache de sa lecture. Un verre de sang ? Non il préférerait une bière où quelque chose comme ça. Ainsi il se lève de son fauteuil élégant qui abritait il y a encore une seconde, sa vieille carcasse de vampire épuisé. Il marche jusqu'à la cuisine et ouvre le frigo mais le néant l'accueille. Si bien-sûr quelques poches de sang frais comblent le vide du frigo mais sinon, il ne trouve qu'un vieux morceau de chocolat, un met qu'il adore grignoter lorsque l'envie de se prendre pour un humain est trop forte. Il soupire et referme le frigo avant d'aller dans l'entrée de son appartement prendre son porte-monnaies contenant son argent. Finalement il quitte son appartement et se décide à aller dans la petite épicerie de nuit non loin de là. Ce soir il est en repos, son bar peut tourner sans lui et il peut prendre son temps pour flâner dans les ruelles calmes. Il se met en route et arrive au bout de quelques minutes. Il prend un pack de bière et deux ou trois choses à grignoter au cas où Zaraki viendrait dans la semaine et voudrait manger un morceau. Du pain et du frais afin de remplir le pauvre frigo qui fait définitivement office de néant intersidéral. Il faut dire que lui, quelques verres de sang suffisent à le nourrir ainsi il n’achète jamais de quoi manger. Enfin il paye et repart chez lui, passant par le parc. Mais alors qu'il passe sous la lumière d'un lampadaire, tenant dans une poche en plastique ses achats, il entend plusieurs sons caractéristique d’un combat non loin de lui. Un instant il se dit que cela ne le dérange pas puis finalement il marche vers la source du bruit, tombant évidemment sur un combat comme il devait s'en douter. A l'odeur il reconnaît des vampires, deux ou trois et un autre parfum ainsi qu'un son de cœur qui bat. Gabriel a l'impression de connaître cette odeur mais il ne cherche pas plus loin avant de se mettre dans la mêlée et d'envoyer à quelques mètres, un vampire qui semblait prêt à attaquer une cible qu'il ne parvient pas à distinguer tout de suite. Dix secondes passent avant que le calme ne revienne et afin, il reprend sa poche qu'il avait laissé tomber au sol avant de se tourner vers la personne prise pour cible. « Vous avez eu de la chance ! » C'est là qu'il reconnaît Zooey, cette odeur, ce parfum qui enivre le parc et qui chatouille ses narines, évidemment ça ne pouvait être qu'elle. « Bonsoir vous ! Il semblerait que je sois arrivé au bon endroit au bon moment. »


Dernière édition par Gabriel L. Moldovan le Sam 13 Aoû - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞ Mer 10 Aoû - 20:28

bang bang
 - zobriel
Elle devait se battre pour sa vie - bien qu'elle n'en ai cure en définitif après tout qu'est-ce qu'elle avait à perdre ? Alors rectifions, elle devait se battre pour l'humanité - bien qu'elle n'en ai rien à foutre parce que la majorité des gens étaient de parfaits abrutis à ses yeux. Elle devait se battre, sans doute, pour l'organisation secrète para-militaire (un truc du genre) à laquelle elle appartenait depuis aussi loin qu'elle s'en souvenait. Parce que ses parents en avaient fait partis. Son frère aussi. Et tous étaient morts. Elle avait juste eut la chance - haha - de survivre plus longtemps, et elle ne faisait que se demander combien de temps. Mais qu'importe, elle continuait de se battre, refusant de baisser les bras, parce qu'elle avait sa putain de fierté qui s'accrochait à son visage, et qu'elle ne pouvait pas simplement laisser un de ces monstres la terrasser. Elle était conne, parfois.
Un sortilège foudroyant sortie de ses doigts agiles, brûlant une partie du visage du vampire qui lui faisait face. Elle patrouillait - enfin à la base elle rentrait juste chez elle - et elle était à présent aux prises de trois démons sanguinaires qui voulaient la bouffer. Une chouette soirée. Jusqu'à ce qu'une ombre se déplace, et qu'elle puisse reprendre le dessus sur ses ennemis, les envoyant au tapis - dans la poussière - avant de se redresser, et d'épousseter son jean troué (il était neuf putain) et de faire face à son sauveur. « Vous avez eu de la chance ! » Elle n'aurait pas dit cela ainsi, mais la voix de Gabriel la fit perdre pied un instant et elle ne trouva pas le moyen de répondre aussi sévèrement qu'elle l'aurait voulu. Quel sorte d'abruti pouvait bien s'attaquer à des vampires de la sorte ?
Lui assurément.

Après tout il faisait aussi partie de cette putain d'organisation secrète. Un chasseur ? Etonnant, elle pensait tous les connaitre au moins de vue. Mais elle avait été sur la touche durant trois ans après tout. « Bonsoir vous ! Il semblerait que je sois arrivé au bon endroit au bon moment. » « L'homme qui tombe à pique ? » Demanda-t-elle en haussant un sourcil, croisant les bras sur son t-shirt où il restait des traces de poussières qui ne partiront que difficilement. « Tu t'accordes trop d'importance, je me débrouillais. » Mauvaise foi affligeante mais qui lui sied bien au teint, elle soupire et passe à côté de lui en lui faisant signe de la suivre hors du parc. Où il veut. « Ca t'prends souvent de zigouiller du démon après avoir fait tes courses ? J'te savais pas chasseur. C'est sexy, mais c'est casse couille un macho qui s'ignore. » Reproche, compliment, elle divague entre moquerie et frustration. Parce que putain elle a pas besoin d'un macho. « J'te propose de me raccompagner chez moi ? Parce que j'suis une putain de demoiselle en détresse ? » Mauvaise.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞ Jeu 11 Aoû - 4:40

Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant.
Autrefois on lui aurait sans doute demandé de se mêler de ce qui le regarde et d'arrêter de se mettre dans les histoires qui ne le concernent pas. Oui mais Gabriel n'est pas comme ça, il entend un bruit étrange alors il accours, pour voir et surtout pour s'assurer que tout va bien, afin d'aider si le besoin se fait sentir. Il sait que dans une ville pareille il ne devrait pas faire cela, les créatures sont partout, elles traînent dans tous les coins de rues et il pourrait tomber sur une mauvaise surprise. Mais il ne peut pas seulement poursuivre son chemin et faire comme si rien n'était alors qu'il entend un bruit de bagarre. Il a des connaissances ici et il n'aimerait pas savoir qu'un être cher à son cœur est tombé sous les coups d'une créature quelconque. Ainsi il n'attend pas avant de s'approcher du bruit, jeter son sac et se mettre dans le combat pour envoyer un vampire loin de là, qui se relève et part en courant en comprenant que le combat est perdu d'avance. Il entend un cœur battre et comprend, au son et à l'odeur si vivante, qu'il n'est pas uniquement entouré d'immortel à cet instant. Il ne reconnaît pas tout de suite la personne, c'est uniquement lorsque les vampires partent et qu'il se retrouve face à Zooey, qu'il saisit toute l'ironie de la situation. Elle semble le suivre, il a l'impression que tous les chemins le ramène à elle en tout cas. « L'homme qui tombe à pique ? » « On peut dire ça. » Dit-il en souriant et en fourrant ses mains dans les poches de son blouson. Il est assez content d'être intervenu et d'avoir laissé sa curiosité parler finalement, surtout si c'est pour tomber sur elle. « Tu t'accordes trop d'importance, je me débrouillais. » « J'vois ça. » Il est sincère et il comprend que sa fierté de chasseuse, car après tout c'est ce qu'elle est, a été piquée à vif. Il grimace et baisse la tête, mal à l'aise car c'est la première fois qu'il vient à aide à un chasseur et il ne les pensait pas aussi sur d'eux. Elle lui fait signe de suivre, il prend sa poche et s'exécute aussitôt, sortant du parc où quelques créatures grouillent encore, il les sent, il pourrait les suivre à l'odeur. « Ca t'prends souvent de zigouiller du démon après avoir fait tes courses ? J'te savais pas chasseur. C'est sexy, mais c'est casse couille un macho qui s'ignore. » « Si j'avais su que c'était toi je ne t'aurais pas aidé. » Dit-il en haussant les épaules. « Je pensais que peut-être c'était une jeune fille où quelqu'un d'autre... Pas une chasseuse en tout cas. » Dit-il en remarquant qu'elle lui balance des piques, cela ne lui plaît pas. A savoir, il l'aurait laissée se débrouiller, vive le remerciement. « J'te propose de me raccompagner chez moi ? Parce que j'suis une putain de demoiselle en détresse ? » Il soupire et se tourne vers elle. « Laisse tomber. Désolé d'avoir dérangé ta petite chasse... Ca ne se reproduira plus ! » Il lui fait un sourire et, profondément vexé d'avoir été aussi remballé, se détourne d'elle pour rentrer chez lui. « La prochaine fois, apprend à dire merci ! » Lance Gabriel en l'air en reprenant sa route.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞ Jeu 11 Aoû - 20:58

bang bang
 - zobriel
Elle avait un caractère particulier - pour ne pas dire qu'il était merdique. En plus d'être particulièrement anti-sociale (la preuve en était de son nombre impressionnant d'amis n'est-ce pas), elle était capricieuse, lunatique, et prétention. Trois traits de caractère qui allaient souvent de paire, et la rendait chiante. Terriblement chiante. Alors que Gabriel était intervenu sans penser à mal - il pensait même à lui sauver la vie et n'importe qui aurait été redevable pour ce fait - elle lui en faisait le reproche en usant d'un ton acerbe et sarcastique. Elle ne cherche pas même à être un peu agréable ou aimable, ne lui prêtant pas le moindre sourires charmeurs ou bien une embrassade amicale. Rien, elle resta à plusieurs mètres de lui, son corps brûlant de colère et de frustration et l'attaquait avec tout l'irrespect dont elle était capable. Zooey était ainsi, et elle ne cherchait pas vraiment à changer pour arranger la face du monde.

Et bien entendu, parce qu'il était humain - ou tout du moins était-il un homme - avec de l'estime pour lui-même, il réagit avec autant de violence que Zooey en donnait pour l'attaquer injustement, la foudroyant d'un regard glacial qui aurait pu la faire gémir. D'anticipation. « Si j'avais su que c'était toi je ne t'aurais pas aidé. » Bam. elle mangea la remarque avec un haussement d'épaules, boudeuse - et totalement de mauvaise foi également - parce qu'elle se sentit vexée qu'il lui dise une chose pareille. Alors qu'elle le lui reprochait. Les heures d'entrainement, les sorties en boite, et les journées à travailler dans des restaurants commençaient à faire ressortir sa fatigue - et de fait son caractère de merde. Nous en revenons au point de départ. « Je pensais que peut-être c'était une jeune fille où quelqu'un d'autre... Pas une chasseuse en tout cas. » Elle déglutit, se tourna vers lui, et se rendit compte qu'elle était grillée. Elle se demanda s'il l'avait vu usée de son don pour mettre le feu à la veste d'un des vampires. Mais sans doute pas, sinon c'est le terme sorcière ou aberration de la nature qu'il aurait employé. Ou bien monstre - qu'importe, cela ne l'aurait pas touché. Pas autant que ses répliques cinglantes.

Abrutie jusqu'au bout elle continua de l'attaquer, marchant dans l'obscurité à ses côtés malgré tout. Mais il se détourna, prit ses sacs, et la laissa surprise pendant une seconde : « Laisse tomber. Désolé d'avoir dérangé ta petite chasse... Ca ne se reproduira plus ! » Reprenant ses affaires, il fait volte-face et entreprend alors de laisser seule la chasseuse qui sent quelque chose en elle s'éveiller. Un hurlement de frustration plus démentiel encore. « La prochaine fois, apprend à dire merci ! » « Attends ! » Pas qu'elle soit du genre à s'excuser, ou à dire merci comme pour assurer qu'elle a un peu de bon sens. Elle n'en a pas, définitivement. Elle frôle son bras quand il se retourne, mais il fait plusieurs pas avant qu'elle ne lance : « Tu veux pas me baiser ? » avec un naturel qui la fait frémir.

Parce que - putain - elle a envie de lui, et c'est de plus en plus dur d'y résister. Résister à l'envie de l'embrasser, de le toucher, de le laisser la toucher. Et la frustration, le combat, la fatigue, le parfum enivrant de Gabriel - tout cela se mélange pour ne laisser que l'impression qu'elle va se liquéfier sur place. « J'suis pas d'une compagnie agréable, j'ai des journées de merde en ce moment. Mais on est pas obligé de parler, après tout. Enfin, moi j'ai envie de te sauter. Dés la première rencontre, faut dire que tu es sacrément bien foutu. » Dit-elle avec son jemenfoutisme habituel, avant de prendre une clope dans sa poche qu'elle place entre ses lèvres, et l'enlève en se rappeler qu'elle essaie d'arrêter. Mais elle la garde, cette clope, sans savoir pourquoi. L'adrénaline dût au désir doit la rendre folle. « J'habite pas très loin. » termina-t-elle d'avouer, en reprenant son chemin, lui laissant le choix de la suivre, ou non.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞ Sam 13 Aoû - 18:54

Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant.
Il se doute bien qu'il est en face d'une chieuse de première, il suffit de voir la façon dont elle lui répond, en l'envoyant promener comme il se doit. Gabriel n'est pas du genre à se vexer facilement, mais il n'aime pas la mauvaise foi, il n'aime pas que les gens refusent de remercier quelqu'un qui vient de rendre service. Ainsi au lieu de chercher le conflit, il prend ses affaires et se détourne pour rejoindre son appartement, baissant les armes en refusant de répondre à cette attaque, ce serait trop facile. Puis il ne veut pas terminer la soirée comme ça, elle a si bien commencée avec un peu de repos, il ne veut pas risquer de se prendre la tête avec Zooey. Il faut dire qu'il l'aime bien à cette jolie rousse, elle est volcanique et clairement canon, tout à fait son style. Mais avec une soirée comme celle là et surtout son besoin de l'envoyer balader, il ne cache pas que cela calme toutes ses ardeurs. Il n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, elle doit le comprendre alors qu'il lui répond calmement et qu'il lui fait passer le message comme quoi une aide de sa part ne se reproduira plus. La prochaine fois si il sait que c'est elle, il la laissera se débrouiller, évitant de la déranger lors d'une chasse qu'elle ne veut pas partager. Il reprend ses affaires et se décide à partir, rentrant chez lui en quelques pas car il ne vit vraiment pas loin. « Attends ! » Il s'arrête net et se retourne un peu pour la regarder, s'attendant à prendre dans les dents une autre remarque acerbe venant de la jeune femme. « Tu veux pas me baiser ? » Surpris une seconde, il reste incrédule et se demande si il a mal entendu. « Pardon ? » Lâche Gabriel comme simple mot, étranglant le reste de sa phrase alors que sa gorge devient sèche. Elle est sérieuse ? Son aplomb en deviendrait presque gênant. « J'suis pas d'une compagnie agréable, j'ai des journées de merde en ce moment. Mais on est pas obligé de parler, après tout. Enfin, moi j'ai envie de te sauter. Dés la première rencontre, faut dire que tu es sacrément bien foutu. » Il la regarde sortir une cigarette et la caler entre ses lèvres avant de s'approcher d'elle, un fin sourire naissant sur sa bouche. Il a définitivement bien entendu la proposition qu'elle vient de lui faire. « J'habite pas très loin. » Il lui prend la main et s'approche d'elle, faisant voler la cigarette qu'elle tient entre ses lèvres pour venir l'embrasser fougueusement. Une seconde, peut-être deux pendant lesquelles il lui dévore les lèvres avant de se reculer, gardant les yeux clos pour profiter des dernières sensations qu'elle lui procure. « Chez toi c'est encore trop loin. Viens ! » Dit-il en la guidant avec sa main, vers un immeuble juste devant le parc, là où il vit. Ils ont seulement une route à traverser et lorsque c'est fait, ils montent les escaliers qui séparent la ruelle de son petit nid douillé. Gabriel met quelques secondes à déverrouiller la porte de son appartement et, alors qu'il s'efface pour la laisser rentrer, il jette presque ses courses sur le meuble à l'entrée avant de refermer la porte d'entrée et de la verrouiller. Enfin seul, il se tourne vers elle avec un sourire charmeur. Une seconde avant de se sauter dessus.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞ Sam 13 Aoû - 19:09

bang bang
 - zobriel
« Pardon ? » Il est étonné presque autant qu'elle de son aplomb quand elle lui propose de manière naturel de venir la baiser. Malgré ce que l'on pourrait croire, si elle disait « merde » facilement lorsqu'on venait la faire chier, elle n'était pas non plus du genre à dire les mots « bite » « chatte » ou « baiser » avec facilité, peu désireuse de se donner l'image d'une fille qui se faisait sauter trop souvent. Ou trop facilement. Ou même les deux. Mais devant le regard ténébreuse, les lèvres charnues, et le corps musclé de Gabriel elle avait du mal à contenir ses hormones et son désir de l'embrasser et le faire sien directement contre un arbre, écartant les jambes de manière scandaleuse sans se soucier de qui pourrait bien les voir. Et qu'ils se rincent l'oeil s'ils sont curieux à ce point, qu'importe. Gabriel avait allumé en elle une flamme de désir incandescente, et il y avait bien longtemps qu'un mec ne l'avait pas mise dans cet état. Le premier peut être, et l'expérience charnelle qui s'en était suivi n'avait pas vraiment été à la hauteur de ses espérances. Quelque chose lui disait cependant qu'en ce qui concerait le mystérieux Gabriel elle ne pourrait pas être déçue.
Il semblait sûr de lui, ne rougissant pas quand on parlait de sexe, et il y répondait avec aplomb. Il avait la prestance d'un mec qui se savait doué au lit et qui n'avait pas besoin d'en faire des tonnes pour convaincre le monde. Après tout, si Zooey voulait voir l'étendu de ses talents elle n'avait qu'à y céder, n'est-ce pas ? Et ce soir, après avoir passé plusieurs jours à s'entrainer et à prendre des coups qui lui ont laissé des marques sur son corps, elle était d'humeur maussade. Et n'avait sauté personne, parce qu'à chaque fois qu'elle rencontrait un mec elle se surprenait à le comparer à Gabriel. Plusieurs jours d'abstinence, et de coups l'avaient frustré, et elle était devenue chiante.

Ce qui n'empêcha pas le bellâtre et venir violer sa bouche, faisant mourir sur les lèvres de Zooey un gémissement surprit. Elle s'abandonna rapidement, ouvrant les lèvres pour danser avec sa langue, et perdant le souffle - ainsi que sa clope qui s'écrasa au sol sans qu'elle n'y fasse attention. Qu'importe, il était en train de l'embrasser, elle fermait les yeux et ses bras se retrouvèrent à jouer avec le t-shirt de Gabriel pour le soulever et trouver le contact de sa peau froide. « Chez toi c'est encore trop loin. Viens ! » Elle le regarde, alors qu'il tourne le dos, prend sa main, lui fait traverser la rue, et la guide jusqu'à la porte de son appartement. Le tout en moins de deux minutes, ne laissant pas la jeune femme reprendre son souffle. Et pendant qu'il la fait entrer, jetant son sac de course, elle a viré son t-shirt, dévoilant son soutien-gorge, et a déboutonné son pantalon. Elle le regarde, il ferme la porte, se retourne, la dévisage. Elle lui fait un signe de doigt l'invitant à venir la prendre à nouveau contre lui et entoure son cou pour le coller à elle; ses jambes se prirent sur le canapé et elle tomba à la renverse en l'emportant avec lui. Ses gestes étaient désordonnés, ses baisers enflammés, et ses mains passaient sous le haut du bellâtre pour le lui ôter. « Putain j'ai chaud ! » s'exclame-t-elle alors que le froid de la beau de son vis-à-vis la fait frémir et l'enflamme plus encore. Elle l'attire, enroule ses bras autour de ses épaules, et l'embrasse à en perdre haleine, frôlant de ses hanches la preuve du désir qui s'éveille entre les jambes de son futur amant.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞ Dim 14 Aoû - 0:02

Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant.
Il a appris avec le temps à profiter de ce qu'on veut bien lui donner. Toutes les petites choses, les petits trucs que la vie veut bien lui offrir et les instants que les gens qu'il rencontre, veulent bien partager avec lui. Mais il ne pensait pas que Zooey lui proposerait de se retrouver pour un instant ensemble. Certes elle semblait partante pour cela l'autre fois dans la salle de repos de la confrérie, mais il pensait que c'était plus de l'audace qu'une envie réelle de se retrouver dans le lit du vampire. Ce dernier est pourtant étonné lorsqu'il l'entend lui proposer de la baiser comme elle le dit, lui envoyant un frisson délicieux au passage tant cela l'excite. Jamais aucune femme qu'il n'a rencontré ne parlait comme ça, puis il faut dire qu'il n'a jamais été proche de ses conquêtes simplement car cela ne durait qu'une nuit. Depuis la mort d'Aaliyah il a toujours refusé de revoir une seconde fois les femmes et les hommes qui soumet pour une nuit, un instant. Terriblement secret, Gabriel ne laisse personne entrer chez lui aussi facilement. Après tout c'est le repère d'un vampire, c'est sa vie, son antre. Son coin personnel, il refuse d'en laisser l'accès à tout le monde. Pourtant lorsqu’il comprend qu'elle est sérieuse il met une seconde à prendre sa main et à la guider chez lui, montant dans son appartement aussi vite que possible, il verrouille la porte lorsqu'il c'est assuré qu'elle l'a suivie. Et lorsqu'il se retourne, il remarque qu'elle a ôtée son tee-shirt et qu'elle commence à faire de même avec son jean. Il vient se serrer contre elle, gémissant d'envie lorsqu'elle presse ses seins contre son torse. Il la soulèverait presque pour la guider sur le canapé mais elle est plus rapide. Ils se touchent, s'embrassent, s'embrasent même avant de tomber sur le canapé, lui au dessus d'elle, reprenant ses esprits une seconde avant de se pencher vers elle et de l'embrasser plus doucement, profitant du goût sucré de ses lèvres. « Putain j'ai chaud ! » Dit-elle alors qu'il quitte sa bouche pour embrasser son ventre. Puis il s'arrête, ne bouge plus, il est pétrifié l'espace d'un instant. « Tu es chaude... » Dit-il doucement en se rendant compte qu'il sent la chaleur, pour la première fois depuis 3000 ans. Mais ce n'est pas la chaleur d'un feu, c'est bel et bien le brasier d'une peau humaine vivante et bien chaude. Il le sent sur ses mains, il se met à sourire, émerveillé par ce contact. Il pourrait rester des heures à seulement la frôler, juste pour sentir encore et encore cette sensation qu'il avait presque oublié. Mais il la sait, il la sent impatiente. Elle sent l'envie et le sexe, il comprend qu'il ne peut pas faire durer alors il vient d'une main lui ôter son soutien-gorge pendant qu'elle fait passer au dessus de sa tête, son tee-shirt. Dévoilant un immense tatouage qui lui barre entièrement le dos, représentant un ange mais aussi celui qu'il a au bras droit, le tableau de la Cène, le dernier repas du Christ. « Pas ici. » Dit-il en venant l'attraper par les hanches, la soulevant pour l'emmener jusqu'à sa chambre. Il la dépose sur le lit doucement et commence à ouvrir son jean avant de venir au dessus d'elle. Il reprend son chemin de baisers sur son ventre avant que sa bouche ne vienne titiller la pointe de ses seins, savourant la sensation de cette eau chaude contre sa langue. Il se sent vivant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ✞ Re: HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞ Dim 14 Aoû - 18:23

bang bang
 - zobriel
Elle avait la tête qui tournait, alors qu'elle n'arrivait plus à penser avec cohérence, et qu'elle embrassait Gabriel avec ferveur. Elle avait envie de le sentir partout autour d'elle, en elle, sur elle. Elle avait le désir d'être sienne, de le laisser la posséder de toutes les façons qui soit. Elle voulait être dépravée ce soir, et qu'importe ce qu'il pourrait bien penser d'elle. Elle ne voulait plus jouer la comédie de la jeune femme qui se respecte, alors que les baisers de Gabriel la retournaient littéralement. Elle avait l'impression de prendre feu sous son regard, et sous ses caresses, et elle ne voulait pas que cela s'arrêter. « Tu es chaude... » Lui souffla-t-il alors qu'il venait picorer la peau de son cou, et que les doigts de la jeune femme trouvait les tétons pour les taquiner durement. Elle voulait l'entendre gémir, le faire trembler, et le rendre si dur qu'il la supplierait de la prendre sur le champ. Elle avait envie d'être joueuse, d'être passionnée, et d'être violente s'il le fallait.

Il vient lui ôter son soutien-gorge, dévoilant sa poitrine gonflée par l'excitation, et ses tétons qui frottent contre la poitrine froide de l'homme. Elle a constamment cette impression que l'autre est froid, ce n'est pas nouveau, mais lui semblait l'être plus que la moyenne contre sa peau brûlante. Elle ouvre les yeux, un instant, pour découvrir quelques tatouages qui parsèment le corps de son futur amant, et elle sourit. Un croyant - putain - un catholique qui assume des oeuvres d'art sur sa peau pour l'éternité. L'idée la fait sourire alors qu'il la redresse, et qu'elle vient l'embrasser, se collant à lui en passant ses jambes autour de sa taille. Il la soulève sans effort. « Pas ici. » Il la fait parcourir l'appartement pour l'amener dans une chambre - sans doute - alors qu'elle glisse sa langue sur sa mâchoire, descend sur son cou, et vient sucer sa peau fragile, avant de remonter vers son oreille et de suçoter son lobe de chaire dans l'espoir de le rendre fou. Il n'était pas des plus bruyants, et elle en était frustrée, cherchant ce qui pouvait le rendre fou.

Il revient sur elle, après avoir détaché son jean, et joue avec sa poitrine, arrachant quelques plaintes de la part de la jeune femme. Elle garde malgré tout ses jambes autour de ses hanches, bougeant les siennes pour créer une friction délicieuse. Et d'un geste soudain et calculait elle les fait se retourner, prenant le dessus. Elle vient embrasser sa poitrine, trouve son pantalon, et le fait descendre le long des jambes de son amant. Avant de venir caresser son sexe gorgé de sang à travers le dernier tissu qu'il portait. Se mordant la lèvre inférieur, elle relève les yeux vers lui et lui offre un sourire moqueur. Avant de le mettre à nu, complètement. Et une fois debout, lui mit à nu, elle fait de même avec elle. Ôtant son jean et sa culotte trempée qu'elle lance sur le lit, comme un jeu. « Tu vois que tu me mets dans tous mes états... » Dit-elle avant de ramper sur lui, et de venir l'embrasser à nouveau, sa main descendant le long de son torse avant de venir taquiner sa chaire tendue.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message ✞ Re: HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel    ✞

Revenir en haut Aller en bas
 
HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HOT - 18 Le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant. Zooey&Gabriel
» la photo souvenir
» Médaille-Croix "Souvenir de Lourdes" en alu - XXème
» transfert d'image..
» Comment laisser une seule partie de couleur ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille des rp-
Sauter vers: