Partagez | 
 

 Carmen ➸ Let me save you, darling.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Carmen ➸ Let me save you, darling.    ✞ Mar 10 Jan - 11:55

Carmen A. S. Wellington & M. Oskar Petrovsky
Ce bruit, ce ne pouvait être de la musique, comment osait-on appeler cela de la musique ? Oskar n'était même pas encore entré qu'il se plaignait déjà intérieurement de ce brouhaha. Mais il avait choisi d'être ici, aux hides Hole Nightclub, la boîte de nuit de la ville. Elle était toujours bondée même en semaine. Un terrain de chasse idéale. Mais le vampire ne supportait absolument pas tout ce qui était la dedans. Les gens, des alcooliques notoires ou des drogués, pour la plupart. Des jeunes gens qui se prennent pour Dieu alors qu'ils ne sont que des bouts de viande ambulants et inoffensive qui ne savent même pas prendre soin d'eux et de leur misérable vie. Sans parler de ses lumières vives qui suivaient un rythme épileptique juste pour faire marrer ses idiots d'humains qui s'éclataient littérairement les yeux dans ce genre de lieu. Et puis ce bruit, cette musique, de la danse, de la techno ou je ne sais quoi encore. Du vomi auditif oui ! Oskar n'allait que très rarement ici, il savait qu'il ne trouverait pas de bons repas, mais il savait qu'il trouverait des femmes et hommes faciles. Et ce soir, c'était ce dont il avait envie, juste tiré un coup sans trop de difficulté. Pervers ? Obscène ? Oui et alors, les gens étaient ici pour cela, non ?

Mirko était entré sans difficulté dans ladite boite de nuit. Son physique correct et ses airs d'homme assuré lui donnaient certain laissé passer. Puis au pire, il aurait usé des quelque rares dons que sa nature lui offrait. Surtout que depuis quelque temps, il développait un certain don pour la persuasion. Cela lui demandait beaucoup de concentration et un esprit faible ou sensible face à lui, mais il avait remarqué cela avec ses quelques jouets humains. Vêtue de sombre comme à son habitude, non pas que cela soit un style vampirique, disons juste qu'il aimait cela. Il se posa directement au bar, commandant un scotch bien fort sans glace. Derrière ses lunettes de soleil qui couvraient ses yeux sensibles à ses lumières flashy d'ambiance, il balaya la salle du regard. Il croisa quelques têtes qu'il reconnut, quelques habitués du lieu qu'il croisait les rares fois où il venait. Pathétique... Mais ce n'était pas eux qui l'intéressaient, non. Les proies les plus intéressantes étaient les petites minettes ou puceaux qui venaient là pour la première fois mal à l'aise et qui se laissaient facilement convaincre d'un tour dans les toilettes après quelques verres. Une fois son verre face à lui, il en descendit une bonne moitié d'une seule traite sous le regard du jeune barman à moitié ébahie. L'alcool lui brûla légèrement la gorge sur son passage, mais c'était bon, bon de se sentir vivant.

Les minutes passaient, il n'avait pas retouché à son verre, se contentant de rester droite et fière. Comme d'habitude, il ne fallut pas longtemps avant que son look et surtout ses lunettes poser sur son nez n'interpelle quelque humain éméché qui ne tardait pas à le taquiner. Oskar restait impassible et imperturbable. Parfois, il détournait ses yeux pour balayer la grande pièce, toujours à la recherche d'une proie, mais rien ne lui semblait convenable à première vue. Alors il restait là sans bouger à tenté de faire le vide dans son esprit afin de ne plus entendre cette musique d'humain dégénéré que lui vrillaient les tympans. Un autre avantage d'être un vampire contrôlé ses sens demandait de l'entraînement, mais grâce à Lorelei, il savait le faire et bien. Se concentrant alors sur le bruit des cœurs battant autour de lui, il repéra quelques battements anormaux dans la foule, cela lui arracha un demi-sourire. Il se réjouissait de la maladie de ses pauvres poches de sang ambulantes... Oui... Et avec plaisir même.

Mais il fit déranger dans son moment de concentration, on le bouscula légèrement. Alors il tourna son visage vers cette dite personne qui tenta de se frayer un chemin jusqu'au dit bar pour surement se commander un verre. Une jeune brunette, mignonne qu'on ne laissait guère passer, qui s'excusa de suite pour la bousculade. Oskar alors d'un geste lent et sans vigueur poussa quelques hommes déjà bien alcoolisés qui prenaient toute la place et empêchaient le bon passage de ladite demoiselle jusqu'au bar près de lui. Mais même si son geste n'avait rien de violent les hommes firent pousser avec force et détermination, sous un léger sourire ravi du vampire. Laissant enfin la place à la jeune femme, il avait même du coup réussi à dégager le siège à côté en dégageant ses ignobles humains.

« Vous buvez quoi ? »

Fit alors le vampire d'une voix presque trop mielleuse à son goût. Il ferais surement fuir la femme avec son look étrange,mais qu'importait.
828 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

avatar
Carmen A. S. Wellington


"Non, non, ce n’est pas la nature de l’homme. Je ne peux pas admettre qu’il soit davantage dans la nature de l’homme que dans celle de la femme d’être inconstant et d’oublier les êtres qu’il aime ou qu’il a aimés. Je suis convaincu du contraire. Je crois qu’il existe une réelle analogie entre notre constitution physique et morale et que, de même que notre corps, nos sentiments sont les plus forts. Ils peuvent résister aux traitements les plus durs et essuyer les plus rudes tempêtes."
Persuasion, Jane Austen

Mon sauveuse :
Age : 24 ans
Occupations : Passe d'un petit boulot à un autre depuis la fin de ses études
Race : Sorcière
En ville depuis le : 22/12/2016
Messages : 112
Points : 496
Célébrité : Alycia Debnam Carey

Message ✞ Re: Carmen ➸ Let me save you, darling.    ✞ Lun 16 Jan - 14:33


  Oskar & Carmen

  Let me save you, Darling

 

  Pourquoi j'ai accepté ce poste déjà.... ? Mon dieu oui. Parce que je refuse l'aide financière de mon père et que je vais bientôt ne plus avoir droit à aucune aide. Donc j'ai pris le premier boulot que j'ai trouvé. Je suis épuisée. J'ai travaillé toute la journée dans une baraque à frite et j'ai mis énormément de temps à me débarrasser de l'odeur de friture sur mes vêtements...j'hésite à les jeter au feu tellement ça me semble impossible. Pour ce soir, j'ai trouvé un emploi de ménage. Je dois venir faire la préparation et l'installation dans une boîte de nuit et attendre la fermeture pour tout nettoyer. J'ai préciser que je ne voulais rien à voir avec un quelconque spectacle et que j'étais plus maladroite que possible et que donc me faire porter un plateau n'était pas possible... surtout que toute cette foule.. mes émotions n'en seraient que mis à rude épreuve.

Il ne doit me rester que deux comprimés de ma composition. Je ne m'en sépare jamais.. si un jour je me fais contrôler, je risque des ennuies car il s'agit d'une combinaison de plusieurs plantes dont de la drogue. Au début cela me défonçait mais ça a finit par devenir une habitude, peut-être même une dépendance. Mais ainsi, mes pouvoirs dorment et je ne risque rien. Mais pour la soirée, il ne m'en reste que deux et ma commande n'arrive qu'à la fin de la semaine. Donc évitons toute source de stress. La soirée bas son plein là-dedans et je suis dans ces vestiaires à regarder mon flacon.. je soupire en passant ma main dans mes cheveux et décide de les économiser.. il n'y en a plus que deux après tout. Je ferme le casier qu'on m'a attribuer et sors enfin des vestiaires.

La salle est pleine et je sens des millions d'odeur nauséabonde emplir mes narines. Je reste planté devant la porte, et regarde partout autour de moi.. que vais-je pouvoir faire ici jusqu'à la fermeture.. ce n'est pas le genre de lieu que je fréquente. Il y a trop de bruit, trop de monde. Le pulse de la musique vient faire battre mon cœur plus fort et fait vibrer mon corps et je déteste ça. Des regards se tournent vers moi. Pas étonnant... je ne porte pas vraiment la tenue habituelle pour fréquenter ce genre de lieux. Je meurs de chaud, littéralement. Je porte un simple jean avec un débardeur blanc et un gilet beaucoup trop large pour une fille frêle comme moi. Il s'agit d'un gilet en maille très fine, d'un gris plutôt foncé.

L'idée c'est d'être le plus invisible possible mais moi et mes petites tennis blanche, on passe pour une tâche à côté de ces canons à hauts talons.. je déglutis en sentant ses visages se tourner.. Mais je décide de fermer les yeux et lorsque je rouvre mes paupières, l'effet est passé et les gens sont retournés à leurs occupations. Je préfère ne pas regarder et essaie de me faire un chemin dans la foule. Les gens danses, flirt, parle, cris plutôt et ne font pas attention à moi. J'ai chaud, je meurs de soif.. je vais mourir. Je finis par apercevoir le bar mais il y a un amas d'homme ivre qui m'empêche de passé. Mon dieu je vais commencé par avoir une crise de panique si ça continue. Je vois rien et je fini par bousculer un homme juste à côté de moi qui est près du bar. Je le regarde et m'excuse d'une petite voix.. il ne va sûrement pas m'entendre et s'il est ivre il va ne faire qu'une bouchée de moi.

Je grimace en me faisant presque écraser par certains type à cause d'un mouvement de foule et d'un coup le type que j'ai bousculé juste avant pousse gentiment les messieurs qui m'empêche de passer. Enfin gentiment.. son geste était lent mais les hommes sont comme envoyé valser.. ils sont sûrement trop ivre. Mon regard se tourne alors vers mon ''sauveur'' et je hausse un sourcil en le toisant un instant. Il a quelque chose dans le regard qui me perturbe un peu. De la sagesse, mélangé à quelque chose d'assez sombre. Il est très charismatique, je peux le voir en me posant à côté de lui. Brun et cheveux long, il a les traits fin et un style qui ne passe pas inaperçu à côté de moi. Je fais tâche dans le décor mais lui semble l'habiter complètement les lieux.

C'est dingue comme certaines personnes ont cette prestance naturellement... Moi je me tiens toujours très droite, sauf que je lis assise par terre.. mais on doit surtout pensée que j'ai ballai dans le cul. Il a des yeux clairs, le teins très pâle et il me regarde avec un sourire qui me met mal à l'aise... en même temps, tout me met mal à l'aise et je ne parle presque jamais à personne, encore moins à un homme.. surtout d'âge mur. Même si je ne saurais lui donner un âge. Il me demande alors ce que je veux boire, avec une voix millieuse et suave.. Je frissonne et je n'arrive pas à détourner le regard. Ok je me calme, je passe ma main dans mes cheveux et dit simplement :

« HeU.. un verre d'eau.. ou. Autre chose.. euh..» Je cris pour être sûr qu'il m'entende, mais je pense que j'en fais trop et baisse mon ton en fin de phrase.

Peut-être que ça fait tâche de demander de l'eau non ? Je passe pour une petite fille des haut quartier trop prude et précieuse pour boire autre chose ? Mais je n'aime ni le soda, ni le sucre.. et je n'ai jamais touché à un verre d'alcool. Mais je sais pas, certains m'ont entendu et j'ai l'impression qu'on se moque de moi. Je baisse mes yeux sur mes mains et triturent mes ongles d'un air un peu mal à l'aise :

« Merci de m'avoir aider hm.. je suis pas habituer à ce genre d'endroit.. »

Pourquoi je sais pas parler autrement que en pause et avec hésitation. Je me triture l'intérieur de la joue avec mes dents, faisant une moue ridicule par ce fait. Je soupire et secoue la tête en souriant un peu de moi-même. Je me trouve bête.. je devrais prendre un verre d'eau et disparaître pour me terrer dans les vestiaires jusqu'à la fermeture de la boîte. Que ne ferais-je pas pour payer mes factures. Je ne mange pas beaucoup et je me félicite d'être végétarienne.. ça me fait faire de sacré économie quand on y pense vu le prix de la viande. Je relève mon regard et croise celui de l'inconnu en face de moi. Il me toise, me regarde et je suis mal à l'aise. J'ai tant l'habitude d'être invisible que je rougis un peu plus. Je sens le feu me monter aux joues.. Bordel Carmen, tu as 24 ans et on dirait que tu en as 15... je suis ridicule

AVENGEDINCHAINS

------------------------------


Je ne parviens pas à oublier les folies et les vices d'autrui aussi vite qu'il le faudrait, ni les torts qu'ils m'ont fait subir. On ne réussit pas à m'influencer chaque fois que l'on me flatte. Je suis d'une humeur qu'on pourrait qualifier de rancunière. Quand je retire mon estime, c'est pour toujours..— Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Carmen ➸ Let me save you, darling.    ✞ Ven 27 Jan - 12:11

Carmen A. S. Wellington & M. Oskar Petrovsky
Le vampire ne peut s'empêcher un léger rictus à peine visible alors que la demoiselle s'excuse. Le regard de la brunette se perd sur Oskar, il rit intérieurement. Il sent son sang couler plus vite dans ses veines et son cœur doucement battre la chamade. Il aime faire ce genre d'effet sur les femmes et les hommes, d'ailleurs. Mirko est bien conscient de son potentiel séducteur, même s'il ne cherche pas forcément à se mettre plus en valeurs que cela. Malgré qu'il est ôté ses lunettes alors qu'il poussais de l'autre main les hommes qui barrait le chemin à la demoiselle. Ses cheveux noirs ébènes à peine coiffés, ondulants telle une crinière sauvage autour de son visage pâle. Ses vêtements sombres... Oui, il ne fait pas réellement plus attention à lui que cela. Au travers des verres noirs de ses lunettes de soleil qu'il remet sur son nez, il observe la jeune femme qui prend place à ses côtés. Elle est plutôt mignonne et elle semble si... Innocente. Oui, c'est bien cela le mot. Il manque d'ailleurs de s'étouffer avec la nouvelle gorgée de sa boisson, qu'il tente d'avaler, alors qu'elle lui répond qu'elle veut bien un verre d'eau. Il éclate de rire intérieurement. Eh bien... Elle est née de la dernière pluie la demoiselle ou quoi ?

Malgré sa vision encore plus assombrie par ses lunettes, il voit parfaitement ou presque l'environnement qui l'entoure et surtout ce rouge qui doucement pigmente ses pommettes. Adorable, a croquer. Oui, c'est bel et bien le mot. Oskar, comme tout bon vampire qui se respecte adore les petites pucelles naïves et toutes mignonnes. Il aime aussi courir après des proies plus difficiles, oui. Mais parfois s'en prendre à une pauvre âme sans défense, c'est un plaisir sans nom. Oskar indique alors au barman qu'il paie les boissons de la demoiselle et sort de la poche de veste un tas de billets rouler, maintenus par un élastique. Non pas qu'il est du genre à aimer montrer son argent, non, en plus il n'y a la même pas un petit dixième de sa fortune. Mais il n'a jamais eu de portefeuille, après tout, il n'a pas de papier, ou alors ils dates de siècles passés depuis fort longtemps.

« Vous ne voulez rien boire de plus... fort ? »

Demande le vampire de sa voix toujours mielleuse. Droit sur sa chaise, fier comme un coq, il intercepte de nouveau le barman qui vient de les servir.

« C'est possible d'avoir quelques amuse-bouches. Merci. »

La jeune femme n'aurait pas été à ses côtés Oskar aurait surement été moins courtois avec le serveur. Mais il se voulait gentleman, car la soirée s'annonçait finalement plus amusante que prévue. Derrière ses verres tintés, il jette quelques regards vers la jeune femme qui semble mal à l'aise.

« Détendez-vous. Vous êtes ici pour cela, non. Ne vous inquiétez pas. Il faut juste évitez les types avachis sur le bar et les rois de la danse. »

Fit alors Oskar sur un ton plus moqueur. Mais le vampire savait que son pouvoir de séduction résidait dans son regard, jusque-là obstrué par ses lunettes, qui certes le protégeaient des lumières parfois vives de l'endroit. Mais pour passer une bonne soirée, il se devait de sacrifier un peu ses rétines. Alors en s'excusant, comme s'il avait oublié qu'il portait ses lunettes, il les ôta dans un geste faussement maladroit, laissant son regard cristal se poser sur la demoiselle.

« Désolé, ce n'est pas très poli de ma part. Et de rien. »

Finit-il part répondre alors qu'elle l'avait remercié bien plutôt pour l'avoir aidé à franchir la masse d'alcoolique jusqu'au bar.
646 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

avatar
Carmen A. S. Wellington


"Non, non, ce n’est pas la nature de l’homme. Je ne peux pas admettre qu’il soit davantage dans la nature de l’homme que dans celle de la femme d’être inconstant et d’oublier les êtres qu’il aime ou qu’il a aimés. Je suis convaincu du contraire. Je crois qu’il existe une réelle analogie entre notre constitution physique et morale et que, de même que notre corps, nos sentiments sont les plus forts. Ils peuvent résister aux traitements les plus durs et essuyer les plus rudes tempêtes."
Persuasion, Jane Austen

Mon sauveuse :
Age : 24 ans
Occupations : Passe d'un petit boulot à un autre depuis la fin de ses études
Race : Sorcière
En ville depuis le : 22/12/2016
Messages : 112
Points : 496
Célébrité : Alycia Debnam Carey

Message ✞ Re: Carmen ➸ Let me save you, darling.    ✞ Ven 3 Fév - 19:16


  Oskar & Carmen

  Let me save you, Darling

 

  Je me sens idiote d'avoir demandé de l'eau... Dans une boîte de nuit tout de suite je vais paraître complètement décalé.. et ce n'est clairement pas ce que je veux. Mon but dans la vie, c'est de me fondre dans la masse, être invisible.. et pour le coup j'aurais du songer à me vêtir autrement ou même demander autre chose au boire. Mais je n'ai jamais bu d'alcool... je n'ai pas non plus de choses extravagante ou ''de soirée'' dans ma garde de robe. Quand je trouve un poste, je m'assure qu'ils ont une tenue de travail donnée ou alors que je puisse m'habiller comme je le veux. Pour le boulot de ce soir.. je n'avais pas le choix. Je commence à être à court d'argent et j'évite le plus possible d'utiliser l'argent que mon père m'envoie sur un compte à mon nom. Il est très rare quand je m'en sers. J'essaie d'être indépendante, mais ce n'est pas toujours facile... Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis venue me perdre en Irlande parfois.. alors que les héroïne de mes romans favoris se trouvent en Angleterre. Mais les paysages Irlandais sont si beaux et m'apaisent tellement que je ne pourrais plus m'en passer aujourd'hui.  

Alors que je rougis de plus en plus gênée, je sens son regard sur moi. Je baisse mon regard vers mes mains que je ne tiens pas en place. Je glisse mes doigts sur mes ongles. Puis je relève légèrement mon regard lorsque je l'entend sortir quelque chose de sa poche... Une liasse de billet. Mon regard s’agrandit... Mais c'est qui ce type. J'avale ma salive alors qu'il me demande si je ne veux pas quelque chose de plus fort.. j'enfonce un peu plus ma tête dans mes épaules, comme si cela allait me faire disparaître tout d'un coup. Je regarde derrière le bar, ne reconnaissant rien et ne sachant pas quoi répondre.. Devrais-je rester sur ma position ou alors faire l'idiote pour ne pas avoir l'air ridicule et prendre autre chose que de l'eau. Je glisse une mèche de cheveux derrière mon oreille en me mordant la lèvre inférieur et dit assez nerveusement, hésitante :

« Heu.. je prendrais comme vous... »

Je suis faible. Idiote, influençable et faible ! Le serveur nous pose quelque chose devant nous et je n'ose pas vraiment prendre encore mon verre. L'homme en face de moi demande de façon courtoise de quoi manger et je ne sais comment lui dire que ce n'est pas nécessaire.. mais je me dis que le contredire serait impoli. Puis je crois avoir déjà suffisamment parler pour la soirée.. cela ne me ressemble pas. Je veux me terrer dans un trou de souris...mon regard traîne autour de moi. Tous ces gens alcoolisés et qui ne contrôle plus leur corps et leurs pulsions.. je ne suis pas dans mon élément. Je veux retrouver mes livres. L'inconnu qui m'est venu en aide m'interpelle en me demandant de me détendre.. mais il ne faut pas être né de la dernière pluie pour voir que je n'ai rien à faire ici. Je ne suis pas ce genre de fille à me détendre dans ce genre d'endroit. Je crois que ça se voit..

En parlant de voir, il retire ses lunettes de soleil... qui porte des lunettes de soleil dans un tel endroit. Je croise enfin son regard et je suis troublée par la pureté de son iris.. Il a des yeux cristallin et son regard est pénétrant.. si bien que je n'ose le regarder plus de quelques secondes. Il me signifie que ce n'est rien, lorsque je le remercie et j'ai un rictus qui semble ressembler à un sourire. Mais sourire ne fait pas partie de ma palette de faciès. Je passe ma main dans mes cheveux et porte le verre qui est sur le bar en le portant à mes lèvres, disant avant cela :

« … Je suis ici pour le travail. Je faire le ménage lorsque tout est terminé euh... je n'ai pas l'habitude de ce genre d'endroit.. Pas comme.. tous ces gens. Non... clairement pas. »

Je prend une gorgé de breuvage, l'odeur me brûlant déjà les narines et alors que le liquide se trouve dans ma bouche, l'alcool me brûle les lèvres et je me met à tousser en reposant le verre. Je n'ai jamais connu une sensation aussi horrible. C'est dégoûtant !! Qui peut bien boire de telle chose. Mon visage devient rouge tant j'ai chaud par cette simple gorgé ! Mais quel breuvage infâme.

AVENGEDINCHAINS

------------------------------


Je ne parviens pas à oublier les folies et les vices d'autrui aussi vite qu'il le faudrait, ni les torts qu'ils m'ont fait subir. On ne réussit pas à m'influencer chaque fois que l'on me flatte. Je suis d'une humeur qu'on pourrait qualifier de rancunière. Quand je retire mon estime, c'est pour toujours..— Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
M. Oskar Petrovsky
Trust me. I can eat you quickly or I can eat you slowly. But I will eat you.

Age : Un peu plus de 340 ans.
Occupations : Dealer - Assassin - Croqueur d'homme - Gigolo -
Race : Vampire.
En ville depuis le : 18/11/2012
Messages : 1985
Points : 454
Autres comptes : C. Bartholomew Hasting
Célébrité : Thomas W. Hiddleston

Message ✞ Re: Carmen ➸ Let me save you, darling.    ✞ Mer 8 Fév - 11:53

Carmen A. S. Wellington & M. Oskar Petrovsky
La jeune femme rougie, Oskar s'empêche alors de sourire. Il ne veut pas la mettre plus mal à l'aise qu'elle ne semble déjà l'être. Il détourne le regard et paye les boissons commandées alors. Sa liasse de billets retourne dans sa poche, sagement à l'abri des regards. Non pas qu'il serait fâché si on venait à le lui voler, ce n'était qu'une infime part de son argent dissimuler ici et là aux quatre coins du globe. Et au pire, il lui suffisait de voler quelques personnes pour se refaire. C'était chose assez simple avec ses talents de vampire. Mais alors qu'elle lui annonce vouloir boire comme lui, il ne peut cette fois s'empêcher un sourire.

« Vous êtes sûre, je ne vous oblige à rien. Je respecte ceux qui ne boivent pas d'alcool, vous savez. Mais vous avez possibilité de prendre un jus de fruit ou un soda ici. »

Indiqua Oskar alors comme pour venir en aide à cette pauvre âme perdue dans la fosse aux lions qu'était cet endroit. Le regard de la jeune femme se balade alors sur la salle, Oskar veille comme un coq alors a ce qu'elle ne se perde pas. Regardant quelques âmes alcoolisées s'empresser vers le bar. De ses yeux de nouveau dégager, il leur lance un regard noir. C'est étrange, mais vers lui et la jeune fille, l'espace vital est assez correct. Étrange pour ce genre de lieu. Oskar savait bien qu'il en imposait quand il le voulait. Et ce soir il était en forme. Ne voulant pas se retrouver avec une princesse évanouie sur les bras, il tentait à son échelle de garder un peu d'air autour d'eux.

« Cela se voit. »

Lance alors le vampire. Non pas pour l'accabler davantage de honte. Mais il n'avait pas envie de lui mentir. Pas sur ce point en tout cas. Son regard est fuyant et ses yeux à lui si claire et troublante se posent face à lui comme pour éviter de lui imposer sa prestance.

« Il est encore tôt pour que la boîte ferme, vous êtes en avance. C'est une bonne chose. »

Mirko la taquina un peu. Mais alors il se tourna, un peu brusquement, comme s'il avait oublié quelque chose.

[color=teal« Oskar, enchanté. »[/color]

Fit-il en lui tendant une main sagement. Il ne savait si tout cela le menait à quelque chose, ou s'il faisait mieux de partir et la laisser ici chercher un repas digne de ce nom. Non pas qu'elle n'en était pas un. Non, bien au contraire elle semblait des plus délicieuse et si pure, tout ce qu'il aimait. Mais la croquer alors qu'il ne venait pas passer de longues minutes à ses côtés dans un lieu public et bondé. Mauvaise idée.

« Vous savez, vous pourriez revenir plus tard. Généralement, ce genre de lieu ne ferme pas avant le petit matin. On ne vous a pas donné d'horaire ? »

S'inquiéta Oskar assez bavard ce soir, il fallait bien se l'avouer.
522 mots. Fiche créée par Rinema & © Summers

------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
http://marplespring.forumactif.org/

avatar
Carmen A. S. Wellington


"Non, non, ce n’est pas la nature de l’homme. Je ne peux pas admettre qu’il soit davantage dans la nature de l’homme que dans celle de la femme d’être inconstant et d’oublier les êtres qu’il aime ou qu’il a aimés. Je suis convaincu du contraire. Je crois qu’il existe une réelle analogie entre notre constitution physique et morale et que, de même que notre corps, nos sentiments sont les plus forts. Ils peuvent résister aux traitements les plus durs et essuyer les plus rudes tempêtes."
Persuasion, Jane Austen

Mon sauveuse :
Age : 24 ans
Occupations : Passe d'un petit boulot à un autre depuis la fin de ses études
Race : Sorcière
En ville depuis le : 22/12/2016
Messages : 112
Points : 496
Célébrité : Alycia Debnam Carey

Message ✞ Re: Carmen ➸ Let me save you, darling.    ✞ Jeu 23 Fév - 21:11


  Oskar & Carmen

  Let me save you, Darling

 

  Cela se voyait.. Oui cela se voyait que Carmen n'était pas habitué à ce genre d'endroit. Il suffisait de regarder son accoutrement pour le comprendre. La jeune femme était présente pour un travail. Elle était venue, avait eu un entretien et ensuite, elle avait préféré rester ici... après tout, elle ne savait pas exactement à quelle heure fermait une boîte de nuit. Elle n'y allait jamais. Et ce n'était pas exagérer de dire jamais.. Lorsqu'elle avait passé la porte et avait entendu la musique, elle avait manqué de devenir sourde tant elle n'était pas habituée à un tel volume. Et toutes ces lumières.... Elle détestait cela. A l'instant où elle s'était mêlée à la foule, elle n'avait désiré qu'une chose.. Retrouver son radiateur et son livre avec un bon plaid.

Lorsque cet homme était venu la secourir, elle s'était d'abord senti soulager.. Puis gênée. La demoiselle était très réservée et timide. Parler donc à un inconnu n'était pas dans ses habitudes.. Et se faire offrir des verres non plus. Lorsqu'elle goûta l'alcool.. Elle toussa tant c'était fort et hocha la tête en préférant revenir sur l'idée du vert d'eau, qu'elle but d'abord à grande gorgée. Mais lorsqu'il lui demanda si elle avait des horaires la jeune femme fronça les sourcils en reposant son verre. Non en réalité elle pensait qu'il s'agissait du même genre d'horaire que n'importe qu'elle autre travail. Mais elle s'était trompée.. De toute évidence.

"Hm.. Je m'appelle Carmen" dit-elle alors en réponse.

Elle lui prit la main et frissonna à son contact. Il était si froid.. Et elle eut une drôle d'impression en le touchant. Cet homme avait quelque chose de spécial.. De différent des autres. Il dégageait une prestance que nul autre ne possédait ici. Il avait un charisme qu'elle avait déjà pu voir auparavent. Elle garda un instant sa main comme ça tenant la sienne, en le fixant sans se rendre compte. Puis, prenant conscience de son geste elle rougit et secoua la tête en le lâchant subitement. Elle baissa son regard sur ses genoux et posa ses mains dessus, un instant gênée avant qu'il ne reprenne la parole.

Elle releva son regard vers lui, reprenant un peu de contenance et dit simplement :

"Heu.. Beh maintenant je suis là de toute façon et..Je n'aime pas vraiment me ballader seule en pleine nuit.." Avoua-t-elle, un peu troublée.

Il fallait dire qu'elle avait une peur affreuse de l'obscurité totale.. La nuit s'il n'y avait pas de lampadaire, elle pouvait rester presque immobile en attendant d'être sûr de n'entendre aucun bruit. C'était une phobie sûrement stupide étant donné les derniers événements de sa vie. Mais c'était une fait. Elle avait toujours peur de voir des choses qu'elle ne devrait pas voir. De plus.. La nuit, ses pouvoirs semblaient plus sensible à l'idée de se développé et elle avait beaucoup plus de mal à les contrôler.

Oskar était de charmante compagnie, gentleman et poli.. Mais malgré tout, quelque chose dans son regard semblait beaucoup plus sombre.

AVENGEDINCHAINS

------------------------------


Je ne parviens pas à oublier les folies et les vices d'autrui aussi vite qu'il le faudrait, ni les torts qu'ils m'ont fait subir. On ne réussit pas à m'influencer chaque fois que l'on me flatte. Je suis d'une humeur qu'on pourrait qualifier de rancunière. Quand je retire mon estime, c'est pour toujours..— Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message ✞ Re: Carmen ➸ Let me save you, darling.    ✞

Revenir en haut Aller en bas
 
Carmen ➸ Let me save you, darling.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT/TUTO] SHAKE & SAVE : Prendre une capture d'écran de votre HTC [Gratuit]
» Prosper Mérimée : Colomba, Carmen et autres nouvelles
» la team bumper save arrive sous blister
» PASTEL FAUVE de Carmen Bramly
» Save the Animals (STA) // SBL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Quartier Est :: Hide Hole nightclub-
Sauter vers: